Archives mensuelles : mars 2017

Comment réduire le poids de son sac à dos ?

On a tous déjà vu ces voyageurs avec leurs valises immenses et leurs sacs multiples se promener en ville vers leur hôtel. On a tous connu ce moment ou cette personne dire : « finalement, je n’ai pas eu besoin de ça ! », ou encore « ah, si j’avais su, je ne l’aurais pas pris ! ».

On a tous connu cet autre voyageur au dos plié en deux sous le poids de son sac, et c’était peut être nous-même ! Plus rarement, on entendra cette personne dire que son bagage a été perdu à l’aéroport…

Comment remédier à tous ces problèmes ? Comment ne plus regretter d’avoir pris avec nous des affaires dont on ne se sert jamais une fois sur place ? Comment éviter les pertes, les vols, les casses dans les aéroports ?

 

Allégez votre sac au maximum possible !!

Je vous explique dans les lignes qui suivent comment procéder !

Ne partez pas « chargé comme un militaire » ! Regrets assurés !!

 

Depuis que je suis parti en Australie en sac à dos, voyager léger est pour moi tellement logique que je ne sais même plus ce que le mot « valise » signifie.

Tout était tellement simple et facile avec mon sac à dos. D’autant plus que son poids était sous la barre des 7 kilos ! Du coup, je promenais ma maison partout où j’allais, en toute facilité.

Avec ce poids léger, j’étais loin de me déplacer à la vitesse d’un bigorneau ou un escargot !

Le saviez-vous ?
Certains voyageurs (tout de même rares) partent plusieurs semaines avec un sac de 18 ou 20 litres sous le bras, autrement dit une grosse sacoche. Certains autres voyages avec de vrais sacs à dos mais limitent le poids très méticuleusement. Un exemple ? : ils coupent un bout du manche de la brosse à dent, pour gagner à peine 10 grammes ! Mais cette méthode répétée à chaque élément fait gagner plusieurs centaines de grammes.

 

Comment faire pour avoir le bagage le plus léger que l’on a jamais porté sur le dos ?

 

C’est quelle saison à votre destination ?

C’est la première question à se poser… N’espérez pas partir avec un sac de 7 kilos si vous allez au Groenland, ou si vous partez au Canada en plein mois de Janvier… Non seulement les affaires d’hiver prennent beaucoup de place, mais en plus, elles sont bien plus lourdes.

Choisissez des pays chauds ou partez lorsque c’est l’été (ou la saison sèche) à destination. De cette manière, vos affaires seront moins nombreuses et plus légères.

Les différences de climat jouerons grandement sur la taille et le poids de votre sac !

 

Quel est le poids de votre sac à dos à vide ?

C’est la base de tout. Sans lui, vous partirez sans rien, mis à part ce que vous avez sur vous. Je suis sûr que pour les plus motivés et les plus minimalistes, c’est encore faisable ! Mais tout de même, préférons y aller un peu plus mollo.

Le poids et la contenance de votre sac sont important. Il faut trouver le bon compromis. Il faut surtout ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre !

En effet, plus vous aurez un sac petit, plus il sera léger, et moins vous pourrez emmener de choses. C’est en quelque sorte une limite à tous les excès possibles. Mais comment savoir la contenance parfaite ? En faisant confiance aux professionnels du voyage léger.

Tous les voyageurs légers sont unanimes…

Ne prenez pas plus gros que 50 Litres !

La première fois que je suis parti en sac à dos, j’avais pris un 50 Litres, comme préconisé. Devinez quoi ? Il n’était jamais plein… Même avec de la nourriture, un chapeau et une paire de chaussures dedans ! Alors je regrettais un peu d’avoir pris un 50 Litres alors que 40 suffisaient largement.

Je peux donc confirmer : ne dépassez pas 50 Litres.

Connaissez-vous l’autre avantage d’un sac de moins de 50 Litres ?

Lorsque vous prenez l’avion, il passe en bagage à main !! Fini les vols, fini les pertes !! Fini le « merde ! J’ai oublié un truc dans mon sac ! » lorsque vous êtres à votre siège mais votre sac en soute. Vous l’aurez toujours sur vous, à portée de main ! À moins que son poids dépasse les préconisations de la compagnie aérienne…

Une fois que vous avez la taille de votre sac, reste à trouver celui qui sera le plus léger, tout en correspondant aux critères de budget, de confort, de rangement et de solidité que vous vous serez fixé. Parce que c’est bien beau un sac léger, mais ça peut être très fragile ! En effet, certains sacs descendent sous les 1 kilo !

Pour la solidité et le confort, je conseillerais plutôt un poids de 1 à 2 kilos, selon la contenance.

Pour mon premier sac à dos, j’ai opté pour le Quechua Forclaz 50. Je l’ai payé seulement 40 Euros !

Il pèse environ 1.5 kilos vide, dos rembourré, ceinture à la taille, ceinture pectorale, les bretelles sont réglables. Il a des poches latérales extérieures sympas et l’intérieur peut se diviser en 2 compartiments. Il y a aussi une poche de fond. Le dos est rigidifié par une barre en aluminium à mémoire de forme qui fait toute la hauteur du sac. Il est très bien pour un premier voyage léger !

Il y a aussi des marques spécialisées dans le sac à dos, comme Osprey. Allez voir sur le site Backcountry pour comparer les sacs des marques spécialisées.

Ce sont des sac techniques, garantis de fabrication à vie pour certains. Ils sont un peu plus fragiles pour certains, mais aussi plus légers et aux nombreux réglages qui assurent un confort parfait. Le hic : ils sont chers…

 

Privilégiez les vêtements à double emploi ! Mais aussi légers.

Essayer d’acheter des vêtements qui servent à de multiples activités, tout en restant passe-partout. Par exemple, une chemise de randonnée ira très bien dans un bar en ville, tout comme sur un sentier en pleine montagne. Prenez un pantalon qui se transforme en short avec un système de fermeture-éclair.

Vous l’avez compris avec la première question posée plus haut, nous partirons plutôt dans une destination où il fera chaud. Un t-shirt et un short, c’est déjà léger. Mais vous pouvez les rendre encore plus légers en choisissant des matériaux spécifiques, ou plutôt techniques.

Pour passer partout, être à utilisation multiple et vous suivre plusieurs mois, vous devez avoir des vêtements esthétiques mais de couleur neutre, résistants et à double ou triple emploi.

Quand j’étais en Australie, j’avais un short de plage et celui-ci me servait aussi bien à aller faire mes courses, que travailler, me baigner, faire du snorkeling, etc… Le pied !

Le short en question !!

 

Si vous arrivez à faire en sorte que tous vos vêtements soient au minimum à double emploi, vous verrez que votre checklist de valise se verra extrêmement diminuée ! Tout ce que vous avez prévu en double ou en triple se verra transformé en une pièce unique.

Miraculeusement, vous vous retrouverez a voyager avec très peu d’affaires.

Pour les rendre le plus léger possible, une marque souvent conseillée est Outlier. Design, simplicité, polyvalence, ultra léger, confortable, durable… Que du bon ! Mais malheureusement : on ne peut se les procurer que par internet, et il faut mettre le prix…

Pour les chaussures, une paire suffira ! Les plus polyvalentes possibles, avec lesquelles vous êtes capable de marcher plusieurs heures sans avoir mal au pied. Donc sûrement une paire de basket classique.

Si vous avez toujours peur de manquer de quelque chose, une astuce imparable pour en prendre le moins possible : Faites comme si vous partiez un simple weekend !

 

La trousse de toilette

Peu de temps avant que j’écrive cet article, j’ai vu la vidéo d’une demoiselle qui présentait la trousse de toilette de son sac qu’elle disait minimaliste. Sur 14 minutes, 9 minutes étaient consacrées au maquillage… Qui, bien sûr n’avait rien, mais alors rien, de minimaliste. J’ai franchement rigolé. Mais je vous comprends les filles, vous voulez être belles tout le temps.

Seulement, pour vraiment voyager léger et passer votre sac partout, il faudra impérativement oublier la moitié de vos produits ! Prenez en le minimum. Et surtout, si vous voulez passer en bagage à main pour l’avion, limitez les contenants à moins de 100 mL ! (c’est même 50 selon le pays où vous allez…).

Tout d’abord, oubliez le flacon de shampoing et le flacon de gel douche. Remplacez tout ça par un savon Dr Bronner. Il est facilement trouvable sur internet ! Il est bio, biodégradable, et non agressif pour la peau. Je m’en suis servi pendant 4 mois en Indonésie et Australie sans problème pour le cuir chevelu, les cheveux, ou la peau.

Sous forme solide, il ne pèse que 140 grammes ! Il peut durer jusqu’à un mois. Le petit plus ? Vous pourrez nettoyer vos vêtements à la main avec !

Oubliez également la grosse serviette de bain. Prenez une serviette microfribre ! Elle est très légère, ultra compacte une fois pliée et sèche super vite !!

Pour le reste, prenez le basique : dentifrice, brosse à dent, déodorant, peigne, tondeuse à barbe ou rasoir… Et les filles, minimum de matériel maquillage 😉 Si, si ! Vous le pouvez !

Ah oui, n’oubliez la petite trousse de survie avec les médicaments classiques, et les médicaments préconisés dans le pays où vous allez, du style antipaludique.

Ah ! J’oubliais ! Le savon du Dr Bronner est disponible à ces liens (dans les parfums les plus courants: amande, menthe, nature, orange) :

Le matériel connecté…

Je mets « … » car tout ça, c’est souvent lourd… Et encombrant ! Mais on en prend aussi souvent de trop ! Quand vous regardez vos appareils électroniques et la pile de vêtements que vous avez maintenant réussi à diminuer au maximum, vous comprendrez toute la difficulté…

Pas de panique. Tout est possible, tout est faisable ! Tout n’est que choix et compromis.

 

L’ordinateur

Si vous voulez partir avec un ordinateur, oubliez tout de suite votre 17″… Premièrement, vous allez en ***** pour le rentrer dans votre « petit » sac, mais en plus il sera impossible un fois terminé d’être sous la barre des 7 ou 8 kilos. Il ne faut pas oublier que dans l’histoire, chaque centaine de gramme est important.

Dirigez-vous vers les ordinateurs ultra-portables !

De mon coté, j’ai pris un ASUS X205T. Il pèse 1 kilo tout rond avec son câble de charge ! Son autonomie est de 12 heures en moyenne. J’ai déjà tenu une charge pendant 16 heures !! Le pied… En plus, il est très peu cher (je l’ai payé 220 Euros neuf en magasin).

Bien sûr, si vous faites du montage vidéo, ou de la retouche photo, ça va ramer un peu… Et prévoyez une Micro SD pour augmenter la mémoire qui n’est que de 32 Go de base.

Il a été très récemment remplacé par le E200HA, mais vaut toujours le même prix !

 

N’oubliez pas non plus un disque dur externe pour faire des sauvegardes multiples ! Je l’ai appris à mes dépends en arrivant à Bali : cela arrive rarement, mais la carte SD de ma GoPro avait cramé après le passage aux rayons X à l’aéroport…

 

La photo, les vidéos

Vous prendrez forcément de quoi capturer les meilleurs moments de votre voyage. Le mieux mais le moins performant : le Smartphone.

Vous pouvez aussi prendre un appareil photo compact qui est toujours très léger et très peu encombrant. Les amateurs de belles photos prendront sûrement un hybride ou un réflex qui ont tout deux des objectifs interchangeables. Évitez d’avoir 40 objectifs ! Pour le poids, privilégiez les systèmes Mirrorless, bien plus légers !

J’ai depuis 2013 un hybride Sony Alpha 3000 qui est très léger et suffisamment solide (malgré un boîtier en plastique) pour être promené dans un sac à dos. Je pars avec un objectif 16mm et un 18-55.

Pour mes prochains voyages, ce devrait être un 10-18 et un 18-105, qui seront plus adaptés aux style de photo que j’aime faire. Mon appareil et le 18-55, pèse seulement environ 700 grammes, avec batterie et carte SD montée !

J’ai toujours plaind les possesseurs de Nikon ou de Canon qui pèsent une tonne ! J’en connais pas mal aussi qui se mettent à prendre des appareils compact experts, un mélange de hybride, de reflex, et de compact dans le même appareil.

Si vous allez faire de la plongée ou autre activité nautique, une petite GoPro (ou concurrent 😉 ) sera un bon complément. C’est petit et léger de base !

Un ordinateur portable et de quoi capturer les souvenirs, c’est tout ce qu’il vous faut !

 

A faire exprès d’oublier !

En numéro un, oubliez vos guides de voyage !! Lourds et encombrants… Oubliez tout ce qui est carte routière aussi. En plus, vous avez moyen parfois de les télécharger au format PDF sur internet. Sur place, vous pouvez aussi utiliser la connexion WiFi pour revoir vos trajets, activités, hôtels etc.

Mon astuce : avant de partir, notez sur un traitement de texte tout ce que vous avez vu d’important et d’intéressent dans vos guides. Puis envoyez-vous le fichier par mail en PDF. Encore mieux, car ne nécessitant pas de connexion internet : prenez les pages importantes et ce qui vous intéresse dans votre guide en photo !

Oubliez tout ce qui est lourd, tout ce qui est encombrant, tout ce qui fait emploi double !

 

Mon sac à la fin de mon périple Australie/Singapour/Indonésie

Pourquoi à la fin ? Parce que, en tant que première expérience en voyage sac à dos léger, j’avais tout de même pris des choses en trop, alors que je n’avais pourtant pas grand chose. Eh oui…! Voici donc ma liste après tout le tri de fait :

Le sac à dos :

  • Le Quechua Forclaz dont je parlais

Les vêtements :

  • 2 t-shirt
  • 2 chemises
  • 1 k-way fin en cas de pluie (surtout en randonnée)
  • 1 pantalon de randonnée qui se transforme en short
  • 1 short de plage
  • 2 sous-vêtements
  • 1 paire de chaussettes (que je lavais tous les jours à la main)
  • 1 paire de tong
  • 1 paire de basket

Trousse de toilette :

  • 1 savon solide Dr Bronner
  • 1 serviette microfibre
  • 1 petite trousse de survie (mals de tête, maux de ventre, coupures, etc…)
  • 1 dentifrice 50mL
  • 1 brosse à dent
  • 1 déodorant 50mL
  • 1 tondeuse à barbe
  • 1 coupe-ongle
  • 1 crème solaire 50 mL
  • 1 sac plastique pour tout mettre dedans (bien plus léger qu’une trousse)

Appareils électriques :

  • 1 smartphone
  • 1 ordinateur ultra-portable
  • 1 hybride Sony
  • 1 GoPro
  • 1 disque dur externe pour ne rien perdre au cas ou !
  • 1 adaptateur secteur
  • Des batteries de rechange
  • Les câble pour recharger le tout

Accessoires :

  • 1 paire de lunettes de soleil
  • 1 casquette
  • 1 paire de bouchons d’oreilles pour dormir tranquillement (vive les dortoirs 😉 )
  • 1 lampe de poche et ses piles (la nuit dans les rues en Indonésie… 😉 )
  • 1 lampe frontale et ses piles (randonnée)
  • 1 protection pluie pour le sac à dos
  • Mes papiers et leurs photocopies !

 

J’ai tenu 4 mois avec ça sans un seul soucis ! J’aurais même pu tenir un an, c’est pour dire.

Le seul et unique défaut du sac à dos léger est pour moi le fait qu’il faudra souvent laver vos affaires, étant donné que vous aurez peu de rechange. Cela induit aussi d’en prendre soin et de faire attention par exemple quand vous mangez (tâches de sauce… 😉 ).

Pour tout le reste, c’est que du bonheur ! Cela augmente encore plus votre liberté en voyage !

Si votre sac pèse plus que le poids impartis pour le passer en bagage à main dans l’avion, voici l’astuce : empilez un maximum de couches de vêtements sur vous ! Si vous le pouvez, mettez les batteries de rechange de vos appareils électriques, votre téléphone dans vos poches. Mettez votre casquette ou chapeau et vos lunettes de soleil sur votre tête…

Vous pouvez économisez 1 à 2 kilos avec cette technique, juste pour le temps de la pesée !

 

J’espère que cet article vous aura aidé !

Et vous ? Vous avez déjà voyagé en sac à dos ?

Quelle a été votre expérience ?

Quelles sont vos astuces ?

 

(NOTE : les liens sont affiliés avec Amazon.fr. Je touche une petite commission si vous achetez ces produits depuis mon blog. Cela permet de m’aider à faire vivre le blog et de vous apporter toujours plus de contenu de qualité ! Je vous en remercie 🙂 ).

Aymeric LECOSSOIS
Qui suis-je ?

Pourquoi prendre l’avion coûte si cher ?

Prendre l’avion coûte cher.

Quand on part en voyage en-dehors de l’Europe, c’est souvent le moyen de transport pour arriver sur place qui coûte le plus cher, après le logement et la nourriture.

Intéressons-nous à comprendre pourquoi on paie le prix que l’on paie, et quels sont les dépenses que font les compagnies. Un billet d’avion dans la réalité, cher ou pas cher ?

On pense en tout premier lieu au coût du carburant, ça va de soi. Mais nous oublions souvent tout le reste. Il y a aussi le coût de l’avion, le coût du personnel et de leurs formations, le coût de la maintenance, les taxes d’aéroports, et encore tout un tas de choses. Ce sont donc des amas de détails qui, mis bout à bout, représentent une somme conséquente.

Sortons nos calculettes ! Enfin, non, rangez-les. J’ai tout calculé pour vous ! Oui, je sais, je suis trop sympa 🙂

Le carburant a un coût. Mais il faut bien plus que du carburant pour faire voler un avion…

 

Le coût du carburant qui fait exploser le prix du billet…

Un avion ça pollue…

etc…

 Vous êtes sûr ?

Un A320 peut transporter jusqu’à 24.000 litres de kérosène. C’est l’équivalent d’environ 400 réservoirs pleins de votre voiture de tous les jours !

Selon les données du fabriquant Airbus, chaque fois qu’un A320 parcours un kilomètre, il consomme environ 3 Litres de carburant. Si l’on rapporte ce résultat à la mesure de consommation que nous connaissons tous, cela donne précisément 303 litres aux 100 kilomètres (L/100).

C’est énorme !!

Imaginons un peu : pour faire le trajet aller Paris-Lyon, l’avion a besoin d’environ 1.400 litres de carburant ! Avec votre voiture de tous les jours, vous pourriez faire la même distance 49 fois !!

Seulement, ce n’est pas la consommation réelle de l’avion.

Pourquoi?

Car dans l’avion, il y a des passagers! Cette consommation de 303 L/100 est valable uniquement si il y avait qu’un seul passager dans l’avion ! Et j’espère que ce seul passager est le pilote 😉

Le billet d’avion, il est payé pour nous-même, pas pour tout l’avion (et heureusement d’ailleurs !). Il faut donc ramener le prix du carburant au nombre de passagers.

Pour votre voiture, imaginons qu’elle consomme 6 litres aux 100 et que vous êtes 3 personnes dedans. Cela fait donc une consommation de 2 L/100 par personne.

Continuons sur l’exemple de lA320. Il peut transporter jusque 154 passagers. De plus, les A320 sont souvent utilisés par les compagnies low cost et sont donc souvent remplis. Je me permet tout de même d’arrondir à 150 passager, pour faire une petite moyenne (n’oublions pas l’équipage en plus des passagers !).

Reprenons nos 303 L/100 et divisons-les par le nombre de passagers. Cela donne une consommation de 2L/100.

C’est exactement la même que si vous étiez 3 dans votre voiture !!

On pourrait alors presque dire que lorsque l’on prend l’avion, on fait du coavionage !

Alors?

L’avion, ça pollue ?

Ça consomme ??

Apparemment pas plus qu’une voiture…

A noter que le transport terrestre est responsable de 10.5% des émissions de gaz à effet de serre, contre 6% pour le transport aérien (au niveau mondial).

En Février 2016, le litre de kérosène revenait à 1.24$. Sur la distance Paris-Lyon, cela coûte donc 9.54$, soit 10 Euros seulement ! (Taux de change Mars 2017).

Aussi bizarre que ça puisse paraître, un avion est aussi « vert » qu’une voiture moyenne de tous les jours.

 

Bon, d’accord, c’est bien beau tout ça ! Mais mon aller pour Singapour, selon les compagnies, je le paie de 400 à plus de 1.500 Euros en classe économique ! Où est l’arnaque ??

Comme je l’ai dit au tout début, il n’y a pas que le coût du carburant.

Voyons les autres coûts, de manière générale, de façon à comprendre tous les chiffres à prendre en compte dans le calcul final.

 

Le coût de l’équipage

Un A320 a besoin de 2 pilotes et de 4 stewards et hôtesses.

Il faut intégrer à notre calcul le coût horaire de l’équipage au complet. Bien sûr, les taux horaires varient énormément suivant l’expérience, la compagnie qui les emploie, le niveau hiérarchique, les études, etc.

La compagnie Air France a sortit un tableau des taux horaires moyens pour la compagnie principale et sa compagnie Low Cost Transavia (qui appartient à Air France).

Un pilote est payé en moyenne 64E (net)/heure de vol. Un copilote est lui payé en moyenne 28E (net)/heure de vol. Ce qui nous donne 92 Euros pour notre vol Paris-Lyon (1196 pour Paris-Singapour).

Les stewards et hôtesses sont eux à 18E (net)/heure de vol (source: salairemoyen.com), ce qui nous donne 72 Euros pour le vol Paris-Lyon (936 pour Paris-Singapour).

Divisons tout cela par notre nombre de passagers, ce qui donne 1.10Euros pour Paris-Lyon (14.20 pour Paris-Singapour).

 

Les taxes d’aéroport

J’en parlais déjà dans l’article « Comment fonctionnent les compagnies aériennes low cost ». À chaque fois qu’un avion atterrit, décolle ou se présente devant la porte d’embarquement, il faut payer des taxes. Ces taxes sont bien plus complexes qu’on ne le pense. Par exemple, les tarifs changent selon les horaires de la journée !

Je n’ai pas pu me procurer celles de Singapour, mais j’ai celles de New York (https://www.panynj.gov/airports/pdf/scheduleofcharges-jfk.pdf).

On y apprend donc que le coût pour décoller est de 6.77 Euros par tranche de 450 kilos. Si l’avion reste plus de 10 minutes stationné à la porte d’embarquement (ce qui est tout le temps le cas !), cela coûte 54 Euros les 15 premières minutes, puis 107 Euros à chaque 15 minutes suivantes. En gros, pour 30 minutes de stationnement à l’aéroport, cela coûte 161 Euros !

Aussi, chaque passager qui sort du terminal de l’aéroport coûte 4.80 Euros à la compagnie.

Il faut aussi prendre en compte la location du matériel pour acheminer les passagers dans l’avion. Cela peut comprendre un bus et son chauffeur, des échelles et les manutentionnaires, des galeries surélevées et les manutentionnaires, etc…

Un A320 au décollage pèse jusqu’à 78 tonnes. Prenons 70, pour arrondir comme avec le carburant.

Un simple décollage coûte donc 1053 Euros, auxquels nous ajouterons les 161 Euros pour 30 minutes de parking (plus cher qu’en voiture, hein?), et le droit de sortie du terminal des 150 passagers : 720 Euros.

Coût total, sans prendre en compte la location du matériel : 1934 Euros.

Cela donne 12.90Euros par personne pour opérer l’avion sur la piste.

L’aéroport d’Amsterdam

 

Les taxes que l’on paye nous pour l’aéroport

Par exemple, la taxe sur les billets domestiques, qui est de 7.50% du prix du billet que vous avez payé. Il y a aussi la taxe de transport internationale, qui s’élève à 18.90 Euros. Il y a même une taxe pour l’aviation civile française, qui est de 15 Euros !

On peut arrondir à environ 60 Euros de taxes supplémentaires par personne, pour un vol international, comme Paris-Singapour.

 

Le coût de l’avion

Les avions sont chers. Encore plus chers que nos billets. Un A320 de base (c’est à dire sans remise, ou achat « en gros ») se paie 104 millions d’Euros. Comment calculer le coût d’un avion par passager?? En divisant le prix de l’avion par sa durée de vie estimée, puis en ramenant le tout à un seul passager.

Tout d’abord, l’entretien d’un avion ne se défini pas par le temps de vol (le nombre d’heures), mais par des cycles de vol. Un cycle de vol équivaut à un vol, et ce, qu’il dure 30 minutes ou 18 heures.

Pour aller encore plus loin et satisfaire les esprits techniques, on compte juste le ombre de vols car ce qui importe, c’est le nombre de fois que l’avion est pressurisé (c’est à dire une fois par vol). En effet, la pressurisation donne une différence importante de pression entre l’intérieur et l’extérieur du fuselage, ce qui, avec le temps, peut causer des fissures dans la carlingue.

L’A320, et bien d’autres avions, est un avion très durable. Sa première mise en service à été faite en 1988, soit il y a 29 ans ! (2017). Ils sont prévus pour voler plus de 60.000 vols.

Donc si l’on divise le prix de l’avion par son nombre de cycles maximal estimé. Nous obtenons 1733 Euros par vol. Cela donne 11.55 par personne.

Cela prend en compte uniquement le coût initial de l’avion, pas sa maintenance…

Un A380 en cours d’assemblage

 

La maintenance de l’avion

Pour garder l’avion sécuritaire, les opérations de maintenance sont courantes. En réalité, elles sont effectuées à chaque fois que l’avion atterrit. Vous verrez toutes ces personnes vêtus de vêtements fluo tourner autour de l’appareil pour faire des vérification de premier niveau.

L’avion suit aussi un cycle de maintenance similaire à celui de nos voitures, ponctué par des « révisions ». Parfois, on change juste certaines pièces, et d’autres, plus rares, ont démonte presque tout l’avion pour le remettre à niveau.

Sur la vie totale de l’avion, soit 60.000 vols, les coûts moyens de maintenance par heure pour un A320 est le suivant:

  • 691 Euros pour le taux horaire des mécaniciens
  • 295 Euros pour les pièces
  • 645 Euros pour les inspections et les révisions
  • 637 Euros pour la maintenance et restauration des moteurs

Cela donne 2268 Euros de coûts de maintenance pour une heure.

Multiplions ce chiffre par le nombre d’heures de vol pour Paris-Singapour : 29484, que l’on divise ensuite par le nombre de passager. 196 Euros par personne.

Un réacteur d’avion de ligne en cours de maintenance.

 

Le temps de non-vol

Qu’est-ce que ça veut dire?

Derrière chaque avion, il y a une compagnie et ses employés de bureau. Le temps de non-vol, c’est ça. Ce sont les ingénieurs, le marketing, l’administration, les consultants, les relations publiques… Il faut aussi compter la location de tous les locaux et de tous les premiers besoin, comme des bureaux ou des ordinateurs…

Il est presque impossible de définir ces coûts. Mais il faut y penser quand même.

 

L’assurance

Eh oui, quand on a un avion, il faut l’assurer, tout comme notre voiture ou notre logement. Ce coût s’élève à 114.000 Euros par an pour un A320. Supposons qu’il vole 8 heures par jour, cela fait 38.50 Euros par heure de vol, soit 500.50 Euros pour un Paris-Singapour.

Ramené au nombre de passagers, cela donne 3.34 Euros par personne.

 

Les totaux

Additionnons toutes ces dépenses, pour un vol de 13 heures reliant Paris à Singapour (10.740 kilomètres)

  • Carburant : 285
  • Équipage : 14.20
  • Taxes aéroport compagnie : 12.90
  • Taxes aéroport passager : 60
  • Avion : 11.55
  • Maintenance : 196
  • Assurance : 3.34

Nous arrivons donc au total à 583 Euros pour un vol Paris-Singapour.

Je vous laisse calculer combien ça vous coûterais si vous voulez y aller en voiture, en train ou en bateau…

J’ai déjà payé un aller simple entre ces deux villes à 420 Euros. C’était avec Singapore Airlines.

Mais n’oublions pas que ces calculs ont été faits sur des moyennes, avec un coût d’équipage de Air France, et des frais de maintenance de Air France. Il faut aussi prendre en compte la différence entre les avions (coût initial, coûts de maintenance, coût d’assurance…), et les aéroports qui ont tous des taxes différentes. Tout ceci explique les écarts.

Le but n’était pas de tomber sur un chiffre exact, mais sur une estimation par rapport au réel.

Est-ce que ce que l’on paie vaut ce que ça coûte ?

Je pense que la réponse est positive.

 

Alors oui, prendre l’avion, ça coûte ce que ça coûte, et ça coûte cher. Maintenant, nous savons pourquoi. En réalité, la compagnie ne fait pas beaucoup de bénéfices sur un billet. Ce qui fait ses bénéfices, c’est surtout le nombre de billets qu’elle vend.

 

Mais revenons un peu en arrière dans le temps…

Le Douglas DC-6B, un des fleurons de l’aviation civile des années 50 et 60.
Il en reste encore 49 en service aujourd’hui, sur les 704 construits.

 

Prendre l’avion, ça coûte cher. Mais ça n’a jamais été aussi peu cher depuis le début de l’histoire de l’aviation civile !!

En exemple principal : les compagnies low cost, qui nous proposent des tarifs dérisoirs, car elles arrivent pas tous les moyens a minimiser leurs dépenses.

Prenons aussi en compte la concurrence entre les compagnies d’un même pays. Pour cela, Singapour est justement un des meilleurs exemples. Imaginez 3 compagnies aériennes en concurrence dans un pays minuscule et 5.5 millions d’habitants seulement. Ça se « tire dessus » pour proposer le meilleur service au plus petit prix.

Aux USA, un vol aller-retour entre New York et Los Angeles coûte en moyenne 330$. Si vous faites le même trajet en voiture, cela vous coûtera exactement le même prix, mais seulement pour faire un aller, et uniquement en payant l’essence !!

En 30 ans, le prix d’un vol intérieur aux USA a été divisé par deux !

 

Une fois de plus, on ne peut pas dire que l’avion coûte cher !

 

En résumé, la prochaine fois que vous achèterez un billet d’avion, vous saurez pour quoi vous payez !

Bon vol !

 

Un grand merci à Wendover Productions pour les informations !

Aymeric LECOSSOIS
Qui suis-je?