Archives de l’auteur : pixfromworld

Né à Annecy puis ayant fait mes études dans la production industrielle à Nancy, c'est en m'expatriant au Canada en 2014 que je découvre ma passion pour le voyage ainsi que la photographie. Aujourd'hui, j'ai compris que c'était bien plus qu'une passion : c'est un art de vivre qui me convient comme aucun autre.

Comment économiser 10000 Euros en un an ?

C’est la question qui tue. Elle résonne maintenant dans votre tête : « Comment économiser 10000 Euros ? ». C’est beaucoup d’argent et en plus, cela paraît impossible.

Impossible ? Pas si sûr : je l’ai fait 2 fois ces 5 dernières années. La première fois en 2015 quand j’étais au Québec : 10,000$ Canadiens en 10 mois. La deuxième fois en France en 2017 : 10,000 Euros en 12 mois tout juste.

Il y a trois solutions : gagner plus, dépenser moins, ou les deux à la fois. Dans mes deux expériences, j’ai choisi l’option de dépenser moins.

Je ne parlerai pas ici de ma première expérience au Québec : salaires incomparables, et ma colocation me coûtait seulement 250$ par mois. Si je n’avais pas passé mes weekends un peu partout dans le pays ou aux USA, ce but des 10,000$ économisés aurait été atteint en moins de 6 mois.

En France, je gagnais 1,500 Euros par mois, je vivais chez mes parents mais leur versais 300 Euros mensuels pour toutes les dépenses (comme une colocation, mais chez les parents). J’avais également une voiture, et j’ai fait un roadtrip en Slovénie pendant 3 semaines qui m’a coûté 1000 Euros (dont 400 pour le garage car ma voiture était tombée en panne !).

J’ai quand même réussi à économiser 10000 Euros en un an.

Col de Vrsic, Slovénie

Quel est votre but ?

Alors, certes, ça n’a pas été simple. Il faut être économe, il faut tout traquer, tout étudier, se limiter parfois. Il faut surtout avoir un but, car c’est ce qui aide le plus. Le mien était de réunir un maximum d’argent sur mon compte pour pouvoir voyager sur le long terme. Justement, un tour du monde d’un an se fait avec 8,000 à 20,000 Euros. Encore une bonne idée pour réussir à économiser 10000 Euros!

Être économe est aussi un voyage, un voyage intérieur. Il n’est pas facile. Cela prend parfois des années. C’est une évolution personnelle et un changement de style de vie. Il faut le prendre en compte. C’est « mettre à la poubelle » les choses matérielles, stopper une consommation excessive d’un peu de tout. Faut-il encore savoir de quoi!

Faites vos comptes

Et pour cela, le mieux est de prendre une feuille de papier ou un tableur Excel et de noter toutes ses dépenses et revenus par semaine, ou par mois, classé par catégories. On peut y mettre par exemple le logement, la voiture et/ou le transport, la nourriture, le téléphone, les sorties, et le divers pour tout le reste.

Voici à quoi ressemblaient mes dépenses moyennes par mois sur un an, pour l’année 2017 :

  • Logement + nourriture + factures : 300E
  • Voiture : 250E (essence, assurance, garage, CT)
  • Téléphone : 10E
  • Sorties : 30E
  • Divers : 60E

Cela fait 650E de dépenses en moyenne par mois, pour 1,500 Euros de revenus, soit 850 Euros économisés par mois en moyenne.

Si c’est votre première fois, patience !

Les fameux « 1% les plus riches » peuvent économiser 10000 Euros en 1/10ème de seconde. Je doute que ces personnes là lisent mon article en ce moment. À notre niveau, arriver à ce résultat en un jour est un rêve. « Rome ne s’est pas construite en un jour », vous diront-ils. Pour être efficient, cela peut prendre des mois ou des années.

Voilà d’où je suis parti en 2014: j’avais un crédit pour ma voiture qui en plus me coûtait cher en entretien (au total 550E par mois crédit inclus), j’avais un appartement de 70 mètres carrés (dont je ne m’en servait que de 40) à 500 Euros par mois, mon téléphone me coûtait 25 Euros par mois et je ne regardais pas trop sur les sorties.

Résultat : 1750 Euros de gagnés (ce que je gagnais à cette époque précise en 2014), plus de 1600 de dépensés. C’est comme ces gens qui gagnent 15,000 Euros par mois mais qui n’ont pas un rond au final. Pire, 95% de mes dépenses étaient faites dans des choses matérielles. Tout ce qu’il ne faut pas faire.

Il faut dire, j’avais une énorme passion pour l’automobile à cette époque. Je pensais à vivre le rêve (très coûteux) jour et nuit.

La passion n’est pas totalement disparue pour autant. Certaines de ces photos ont été prises pendant mes voyages au USA. J’ai juste compris qu’il fallait être humble et profiter des expériences de la vie plutôt que des choses matérielles.

Je préfère mettre 1.000 Euros dans un voyage de 3 semaines en Slovénie, plutôt que 1.000 Euros dans des pneus de voiture !

Un déclic peut tout faire changer

Et puis j’ai commencé à faire des économies avant mon expatriation au Canada, car il le fallait bien pour me réinstaller ailleurs. J’ai fait un tableau Excel de mes dépenses, et j’ai regardé sur quoi je pouvais couper, en commençant par le plus gros.

J’ai alors vite compris qu’en coupant deux ou trois dépenses inutiles, on pouvait faire facilement, et sans trop mettre de côté le plaisir, des économies.

Les premiers 1,000 Euros ont été les plus difficiles : j’ai décidé de revendre ma coûteuse voiture pour rembourser le crédit que j’avais dessus.

Je me suis acheté une petite citadine à la place, me faisant économiser au total 300 Euros par mois (crédit + entretien). 300 Euros par mois économisés rien que pour une voiture, eh oui !

Ma voiture me coûtait aussi cher que mon loyer… La passion, le plaisir. Ou plutôt trop de plaisir ! Trop d’essence, trop d’assurance, location d’un garage pour la garer à l’abri, etc… Elle a été remplacée par une Twingo.

Et puis les 1,000 Euros suivant ont été un peu plus simples, car la machine se met en route. Aussi, voir que ça fonctionne est très motivant et aide à continuer dans ce sens.

Ça en devient comme un jeu, et puis on devient une machine à économiser. La plupart des décisions que je faisais étaient basées sur deux questions simples : est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Est-ce que ça vaut vraiment la peine de dépenser cet argent ?

1+1+1+…

Ayez un but (pourquoi je dois économiser de l’argent ?), sachez exactement combien vous gagnez et combien vous dépensez. Établissez un budget pour vos dépenses mensuelles en fonction de ce que vous devez économiser. Posez-vous la question : de tout ce que vous achetez tous les jours, toutes les semaines, tous les mois, quelles choses sont une nécessité pour vous ?

Si vous arrivez à économiser 10 Euros sur un poste et que vous en avez 5, cela fait 50 euros. Si vous ne prenez pas cette petite bière en plus dans votre bar favori, c’est peut être 5 Euros de plus sur votre compte. Et si vous cuisinez chez vous ce soir au lieu d’aller au restaurant, c’est peut être encore 40 Euros d’économisés.

En additionnant le tout, c’est déjà un bon petit paquet d’argent économisé dans votre projet. C’est ce que j’appelle le 1+1+1+… = beaucoup !

Si le chiffre 10,000 paraît trop gros et trop impossible pour vous, coupez-le par mois, par semaine ou par jour. Vous verrez que ce n’est pas si énorme que ça au final.

4000E/an = 333E/mois = 77E/semaine
6000E/an = 500E/mois = 115E/semaine
8000E/an = 666E/mois = 154E/semaine
10000E/an = 833E/mois = 192E/semaine

Dites-vous que si vous arrivez à économiser seulement 100 Euros par mois, c’est déjà 1,200 Euros de plus sur votre compte à la fin de l’année.

On a rien sans rien

Il peut arriver que votre but tombe court, qu’il vous manque encore un peu d’économies, que vous devez économiser un plus gros montant, ou que vous devez économiser sur une très courte période.

Dans ce cas, essayez de faire des heures supplémentaires au travail, comme je l’ai fait, ou de cumuler avec un autre travail à mi-temps ou le weekend. Cela peut être très compliqué, mais si votre but est suffisamment puissant et important pour vous, vous devriez arriver à relever le challenge.

Je l’ai fait au Québec où il m’est arrivé de travailler 8 jours d’affilée pour 86 heures de travail, je bossais 65 à 70 heures par semaine pendant 2 semaines par-ci par là. Quand je bossais dans l’aéronautique, je venais le samedi matin pour faire 3 ou 4 heures de plus.

C’est aussi parfois un autre prix à payer pour économiser 10000 Euros!

Le « Trou du Diable », à Shawinigan, près de Trois-Rivières. C’était en 2015. Si vous regardez mes yeux, vous ne pourrez pas rater mes cernes ! Pas facile de cumuler les semaines de 60 heures et les extras !

En Nouvelle-Zélande, j’ai rencontré une fille qui devait économiser 23,000$ pour payer son année d’études. Elle faisait 4 boulots : elle livrait des pâtisseries le matin, était libraire le jour, elle bossait dans une pizzeria le soir à mi-temps, et elle donnait des cours d’anglais à domicile en plus.

Il y a plein d’autres solutions, plus ou moins contraignantes :

  • Déménagez pour diminuer votre loyer et/ou vos factures
  • Prenez un forfait de téléphone ou d’internet moins cher
  • Comparez les assurances
  • Vendez votre voiture et prenez en une plus petite comme je l’ai fait
  • Achetez usagé (Leboncoin par exemple)
  • Vendez les objets dont vous ne vous servez pas
  • Utilisez les transports en commun ou un vélo
  • Cherchez et trouvez des activités gratuites
  • Évitez de prendre un crédit.
  • Etc…

Pour moi, le facteur le plus important pour faire des économies, c’est de ne pas avoir de crédit ! Et pour les fumeurs, arrêter de fumer (oui, je sais, facile à dire).

En tout cas, une chose est sûre, si vous restez là à ne rien faire, vos économies ne décollerons pas, à moins de gagner au Loto (1 chance sur 13 millions tout de même!).

Une fois l’objectif atteint…

…Tous les sacrifices que vous aurez fait vous seront rendus en quadruple ! Quand j’ai quitté mon travail au Québec, j’avais au total 14,000$, ce qui m’a permis de voyager pendant 12 mois d’affilée sans revenus !

J’ai traversé le Canada et les USA en voiture, je suis retourné en France, j’ai été en Indonésie, à Singapour. Puis j’ai fait mon premier PVT en Australie où j’ai travaillé 2 mois puis fait la Côte Est en 1 mois.

Chacune de ces 2 années passées à économiser pour réaliser mes projets n’a pas été facile ! J’ai du faire des sacrifices pour économiser autant en si peu de temps. Mais je ne me plain pas, loin de là. J’ai pu financer des voyages au long court, entre roadtrip et backpacking ! Que des souvenirs inoubliables !

Vue sur Jasper, depuis le mont Old Fort (1170 mètres), dans les Rocheuses Canadiennes.

Le lac Moraine, un moment incroyable lors de mon roadtrip au Canada !

Whitehaven Beach, vue depuis le Hill Inlet Loukout. L’archipel des Withsundays a été un des innombrables souvenirs magique en Australie !

Quand je suis parti de France en 2018, j’avais près de 14,000 Euros, économisés sur 15 mois. Je m’en suis servit pour partir en PVT en Nouvelle-Zélande. J’en ai dépensé 5,500 entre l’avion, les 2 premières semaines d’hébergement et de vie sur place, l’achat d’une voiture et de quelques vêtements.

Maintenant, je gagne ma vie en Nouvelle-Zélande et je ne touche plus à mes Euros depuis bientôt un an ! C’est en quelque sorte mon matelas de sauvetage, au cas où !

On ne se sent jamais plus décontracté que quand on sait qu’on a de quoi subvenir à ses besoins pour plusieurs mois sans revenus.

Lever de soleil à Opononi, dans le Northland, Nouvelle-Zélande.

En résumé

Tout ce que vous avez besoin, c’est une feuille de papier, un stylo et votre cerveau. Suivant vos revenus de départ ou votre train de vie de base, cela peut être très facile et très court tout comme très difficile et très long.

  1. Ayez un but, un projet.
  2. Sachez combien il vous faut économiser au total et par mois.
  3. Faites vos comptes en inscrivant vos dépenses mensuelles.
  4. Ne vous mentez pas et supprimez ou diminuez les dépenses trop importantes ou qui ne vous ne servent pas autant que vous le pensez.
  5. Suivez votre évolution et faites des ajustements en réitérant l’opération tous les mois.
  6. Regardez vos économies grandir et imaginez-vous en train de réaliser votre projet pour garder le cap.


J’espère que ces conseils et mon expérience personnelle vous auront aidé et que cela vous aidera à réaliser vos projet !

Et si vous devez rouler dans une vieille Citroën Saxo toute pourrie comme je l’ai fait pendant un an et demi, dites vous que vous aurez des moments bien plus agréables une fois que vous pourrez réaliser vos projets !

Aymeric LECOSSOIS – Pictures From The World
Qui suis-je ?

9 mois en Nouvelle-Zélande !

1er Janvier 2019. Nouvelle année passée « à l’autre bout du monde » ! 9 mois en Nouvelle-Zélande ! Où en est mon PVT ? Quels sont mes projets pour l’année ? Je vais parler de tout ça dans cet article. Mais tout d’abord, je souhaite commencer par ce qui s’est passé ces 3 derniers mois.

La fin des orchidées…

Nous avons été une équipe suffisamment nombreuse et performante (même si il y a toujours un pourcentage qui en font moins…) pour finaliser le travail de préparation pour la prochaine haute saison. Coupe des feuilles, désherbant, nettoyage, maintenance, et un petit coup d’agrochimie pour « nettoyer » les plantations.

J’ai donc bossé 4 mois dans cette serre. Ce que je me souviendrai le plus, c’est les changements et les écarts de températures, en deuxième les heures de travail. J’ai fait 43 heures par semaine en moyenne, avec une pointe à 54 heures.

À 7 heures le matin, même température intérieure et extérieure. À 11 heures, 18 dehors, 28 dedans. À 15h, 22 dehors, 35 dedans… Et au moindre petit nuage qui passe, on perd plus de 5 degrés en moins de 2 minutes. 100 à 105% d’humidité H24 7/7. Je n’ai jamais autant transpiré !

J’en retire une excellente expérience personnelle (découverte du métier, apprentissage et application des techniques, échanges de compétences), et humaine (équipe internationale, le top de mixer les cultures et façon de faire de tout le monde).

Du positif, et du négatif, bien évidemment. Je peux citer une organisation quasi inexistante et un manque de communication. Mais le positif l’a largement emporté ! Je parle plus longuement de ce travail dans cet autre article.

Ramassage des « yoyos » et des ficelles »qui craignent les fortes chaleurs dans la serre durant l’été.

Toutes les orchidées ont é’té cueillies, voilà à quoi ça ressemble avant la coupe des feuilles : une forêt !

Champs d’orchidées durant la haute saison, avant le ramassage. Il y en a par milliers !

Pendant la cueillette de fleurs

… Pour 3 mois de PVT en plus !

Grâce à ce boulot, et à mon patron qui a gentiment signé mes papiers pour l’immigration, j’ai eu en retour 3 mois de Visa supplémentaires ! Je suis maintenant sous le Extension Working Holiday Visa. Et la prochaine date butoir sera le 1er Juillet 2019.

C’est tout ce qu’il me fallait pour la suite de mes projets en Nouvelle-Zélande : du temps !!

Mes nouvelles découvertes

3 mois faibles en découvertes. Ça fait tout de même 9 mois que je suis dans la région ! Mais je peux tout de même citer Karekare Beach, qui figure dans mon top 10 des choses à voir et à faire à Auckland ! , et le Te Henga Walkway qui longe la côte Ouest d’Auckland et offre des points de vue sympas sur les falaises.

Karekare Beach, magnifique endroit sauvage autour d’Auckland

Vue sur des falaises impressionnante le long du Te Henga Walkway.

Projets 2019

Dans mon précédent compte-rendu, j’expliquais que je voulais rester en Nouvelle-Zélande sur le long terme. Et je continue en ce sens.

Mes projets pour l’année sont donc courts mais énormes, bien au-delà de projets de voyages, il s’agit ici d’expatriation. Je vais trouver un emploi qualifié et appliquer au Visa de Travail « Essential Skills » qui devrait me permettre de rester 3 ans de plus.

Et je vais aussi préparer la suite : enregistrer une EOI (Expression Of Interest), être sélectionné, et appliquer au Work Visa to Residency :

Les expatriés le savent : facile à dire, mais une complexité certaine où chaque étape peut tout faire tomber. Ce n’est pas une simple affaire d’argent (même si j’en ai déjà eu pour un peu plus de 1,500$ et que j’en ai encore 700 à débourser, rien que pour le Essential Skills). On n’accueille pas n’importe qui en Nouvelle-Zélande et comme dans d’autres pays, il y a beaucoup de critères stricts à respecter.

De la paperasse, du temps, des allers-retours, des coups de téléphone, encore de la paperasse, de la patience, encore du temps, du bouche à oreille, un petit (gros) coup de chance, et, normalement, si tout va bien, ça le fait !

Alors les voyages, dans tout ça, sont bien évidemment lésés, problème de compatibilité oblige. Mais ils ne seront pas à 0 pour autant.

Coucher de soleil depuis la terrasse de ma colocation, West Auckland.

Je vais quitter Auckland !

Après 9 mois de vie à la grande ville, je vais quitter Auckland pour Christchurch sur l’île du Sud ! Je pars le 9 Janvier au matin pour un roadtrip de 7 jours et 1,300 kilomètres, avec en prime la traversée en Ferry entre les 2 îles !

Ma voiture (Gordon pour les intimes) est déjà prête à partir. Me reste plus qu’a charger le coffre avec toutes mes affaires. Gordon se rapproche à grands pas des 200,000 kilomètres. Qui pourrait le croire sans le savoir ? À l’instar d’une Volvo des grandes années, je suis tombé sur un tank !

La route est déjà établie : Rotorua ses sources chaudes sa géologie ses geysers, Taupo et son lac, Palmerston North pour se reposer, Wellington et ses collines, Picton pour se reposer après le Ferry de 6h00 du matin, Kaikoura et ses colonies de lion de mer. Arrivée prévue à Christchurch le 16 en fin de matinée.

Le trajet du roadtrip pour Christchurch.

Nouvelle ville, nouveaux objectifs !

C’est donc une nouvelle fois que je vais devoir tout recommencer. Enfin, la chose qui ne changera pas est le pays !

Seul moyen de me rassurer : je connais mon adresse pour la première semaine. Je n’ai pas prit d’auberge de jeunesse cette fois. Trouver un emploi qualifié en tant qu’étranger est un tout autre business. J’aurai ma chambre privée, et chez l’habitant des fois qu’on ai des conseils à me donner.

Pour le reste, tour des agences de recrutement et des entreprises !

Quand je revois les projets que j’avais avant d’arriver en Nouvelle-Zélande, je me dis que c’est fou à quel point quelques détails peuvent absolument tout changer !

Ce que j’ai déjà du faire pour le Visa Essential Skills

Petit tour dans l’envers du décor !

Car oui, pas très actif cette année sur le blog (à peine un article par mois), ni sur la page Facebook ni réellement sur Instagram. J’ai été très pris avec mes horaires à la serre et les démarches pour l’immigration.

J’ai déjà :

  • mes diplômes traduits et avec leur correspondance en Nouvelle-Zélande
  • je peux justifier de suffisamment d’expérience professionnelle
  • j’ai passé mon test d’anglais international (IELTS) avec un score suffisant (6,5/9 minimum)
  • l’emploi correspondant à mes diplômes et mon expérience est sur la liste des emplois recherchés dans le pays
  • j’ai un casier judiciaire vierge traduit en anglais.

Me restera à :

  • passer des radios des poumons et une visite médicale pour prouver de ma bonne santé
  • trouver un emploi qualifié à temps plein avec une rémunération supérieure au taux horaire requis pour le Visa
  • Démarrer mon nouvel emploi
  • appliquer au Visa (c’est à dire payer 500$).
  • attendre un mois et plus pour la validation du Visa

Et au passage, il faut aussi ;

  • apprendre le vocabulaire technique de son métier en anglais
  • préparer un CV et une lettre de motivation conforme à ce qui se fait dans le pays (très différent ici)
  • prolonger mon assurance voyage
  • faire une traduction du permis de conduire français qui n’est plus valable après 1 an ici.

Je peux rajouter :

  • déménager,
  • m’acclimater à une nouvelle ville,
  • trouver une nouvelle colocation,
  • passer mon temps sur internet dans les agences de recrutement et dans les entreprises pour trouver du boulot,
  • peut être démarrer un emploi non qualifié en attendant car je ne sais pas quand tout ça va se débloquer.

Presque chacun des points cités ici demandent eux aussi d’autres démarches. Énormément de temps et d’énergie donc !

Grimper ici m’a aussi demandé du temps et de l’énergie, haha.

Je fini sur ce point pour dire et affirmer que ce que montre chaque influencer ou blogueur sur les réseaux sociaux n’est que la belle partie, la face visible. Le travail derrière, quel que soit le projet ou le sujet abordé, est énorme ! Comme vous, on a tous une vie privée, et elle est certainement aussi remplie que la votre.

On a pas tous une équipe de 15 personnes pour répondre à toutes vos questions, écrire 1 article par jour, poster 5 photos par jour, filmer et monter une vidéo par jour. La plupart d’entre nous sont seuls ou à 2. Merci de votre compréhension.

Je vous souhaite une excellente année pleine de santé !

Et vous, quels sont projets pour 2019 ??

Aymeric LECOSSOIS – Pictures From The World
Qui suis-je ?