Bali #2 : Grimper le Mont Batur (1717 mètres)

1h15 du matin, le réveil sonne. Oui, ça fait tôt, mais la motivation est grande! Je fini de préparer mon sac pour le Mount Batur Trekking.

Un immanquable à Bali?

OUI !

Et vous allez comprendre pourquoi ce trekking réuni toutes les qualité du trekking parfait en lisant les prochaines lignes.

C’est là qu’on va !!

 

Me voilà dehors, devant la porte de la maison « Tutick House » où je loge en ce moment à Ubud. Je suis chez l’habitant et le maître de la maison s’est levé exprès pour m’ouvrir le portail. Quelle gentillesse, ces balinais !

Dehors, l’éclairage est orange et blafard. Un lampadaire tous les 50 mètres, et encore, il y en a un sur deux qui ne marche pas…

Les chiens errants sont tous de sortie et j’observe alors pour la première fois ces animaux à l’état « naturel », tout du moins, non domestiqués. Plus agressifs, plus vivants, grosse hiérarchie et énormément de communication entre eux, très autonomes car non « bridés » par une éducation humaine. Un chien, c’est déjà intelligent. Mais là, ça paraît encore plus!

Wayan, le chauffeur, arrive devant la maison avec un petit peu de retard. Dans la voiture, je fais connaissance d’un couple d’allemands et de deux québécoises parties en voyage après avoir fini leurs études. C’était cool car ça m’a rappelé de bons souvenirs du Canada et aussi quelques mots de ce fameux québécois!

La route de nuit passe comme un charme dans cet espèce de monospace dans lequel on a aménagé une banquette supplémentaire à la place du coffre. Bien sûr, c’est un véhicule du coin, inconnu en Europe, mais un Toyota quand même!

Ça pue les gazs d’échappement, même les fenêtres grandes ouvertes, et les standards en matière de sécurité sont totalement différents sur ce modèle vieux d’environ 20 ans. Ne cherchez pas la ceinture de sécurité, et on évitera de se prendre dans un accident, la tôle est un peu (beaucoup) fine…

Pour couronner, la boîte de vitesse craque et le moteur fait un bruit d’enfer… Il paraît qu’on nous a entendu jusqu’à Kuta, la capitale, à plus de 60 kilomètres de là !

Blague à part, l’immersion balinaise est bonne, c’est ça qui compte !

J’en profite également pour mieux observer comment on roule à Bali. Je n’ai pas encore tout compris avec toute cette circulation sur les grands axes que j’ai déjà emprunté en bus. Déjà, on conduit à gauche avec volant à droite, comme en Angleterre. Donc tout s’inverse avec notre conduite à droite et ça fait bizarre de prendre un rond-point en sens inverse de ce qu’on a l’habitude.

Dans la réalité, c’est très simple: on roule tout simplement en plein milieu! Et, dès que quelqu’un arrive en face, on se pousse un peu ou beaucoup, selon l’envie, sur la gauche. Ceci n’est valable que quand il y a très peu de circulation. Parce que là, c’est encore autre chose… !

 

Arrivé sur le parking blindé (!), nous faisons connaissance de notre guide, Jay, qui va nous accompagner toute la matinée dans la montagne. Equipés de nos sacs de randonnée et de notre lampe de poche ou lampe frontale, nous commençons l’ascension du Mont Batur, un volcan encore en activité, haut de 1717 mètres.

Jay posant fièrement au sommet du Mont Batur (vive le contre-jour!). Son rêve? Aller en Allemagne pour assister à un match du Bayern de Münich, son équipe de foot préférée!

 

La nuit est magnifique, avec un ciel très dégagé laissant voir une multitude d’étoiles et la voie lactée. Malgré un nombre impressionnant de randonneurs qui forment une file presque continue jusqu’en haut (on peu voir serpenter les lumières jusqu’en haut!), le silence est d’or. On avait l’impression qu’on allait réveiller le dragon du coin.

On attaque le trek motivés à bloc. Nous nous arrêterons pour la prière devant une statue qui fait office de temple, un peu avant la mi-chemin. 2 trop courtes minutes à mon goût car j’aime m’intéresser à la culture des autres pays.

En continuant la montée dans la roche volcanique, Jay nous explique que Justin Bieber est venu au Mont Batur il y a quelques temps et que c’est lui qui a servit de guide! Bon, c’est Justin Bieber… Mais quand même, ça a du être une bonne expérience pour Jay!

Il a appris des mots de français à force d’emmener les visiteurs. Il regarde beaucoup le football à la télé, alors il commençait à me parler de Zidane et de Ribéry! Puis, une des deux québécoises commençait à avoir du mal a monter, elle faisait un peu d’hyperventilation avec la forte humidité provoquée par le lac Batur au pied du volcan. On traversait une grande zone de brouillard.

Alors Jay nous a appris à compter jusque 10 pour oublier les maux: sebuah, dua, tiga, empat, lima, enam, tujuh, delapan, baru, sepuluh… Aller, on répète encore une fois !

On y est !!

 

À 1717 mètres, nous arrivons plusieurs minutes avant le lever de soleil, nous laissant le temps de prendre notre petit déjeuner inclus dans le trekking.

Une banane ceuillie dans les bananiers de la région de Ubud avec sa peau très solide marron foncée et son goût extraordinaire: pas une banane du supermarché!! Ensuite, nous avons eu des crèpes balinaises sur du pain grillé et un oeuf dur.

Le tout assis par terre avec un panorama sur les 3142 mètres du Mont Agung juste en face de nous. Et, sur la gauche du Mont Agung, nous pouvions parfaitement voir le Mont Rinjani, sur l’île voisine de Lombok, puis encore à gauche, le soleil se levant derrière les nuages. Tout en bas, les superbes nuages cotonneux nous cachant le lac Batur entièrement. Et tout à droite, la basse mais fine crête montant petit à petit au Mont Agung.

Les amis, cette vue est magique !

Les couleurs et le paysage étaient incroyable! De tous les levers de soleil que j’ai pu voir, celui-ci est clairement au-dessus de tout… Dans mon top 5! Le dégradé de couleur, la puissance du soleil, la forme des nuages, la lumière, le mer tout au loin,… Tout était plus que parfait! Les photos parlent d’elles-même…

Le magnifique Mont Rinjani, sur l’île voisine de Lombok.

 

Le Mont Agung et ses 3142 mètres, juste en face du Mont Batur. En bas, le lac Batur est caché sous les nuages.

 

Le soleil se lève au dessus de la mer et fini par passer les nuages… Superbe.

 

Le soleil se lève au dessus de la mer et fini par passer les nuages… Superbe.

 

Après presque une heure sur place et le soleil levé, nous redescendons par un passage qui nous ammène au bord du cratère du volcan, à la rencontre de petits singes habitués par la force des choses à la présence humaine. Il vaut mieux bien fermer son sac. Ils ne sont pas farouches et grimpent volontier sur vos vêtements pour faire des photos en tout genre.

Un singe en mode YOLO !

 

La descente continue dans le sable volcanique. Nous nous arrêterons à différents endroits devant des sources de châleur qui dégagent une bonne vapeur. On pourrait facilement y cuire de quoi manger! Nous irons également à l’entrée d’une énorme grotte qui, selon les dires et croyances, mènerait jusqu’à la ville de Ubud, à environ 40 kilomètres de là!!

Une expédition a été tentée mais malheureusement, la roche s’effrite beaucoup et tombe du plafond par bloc de plus d’un mètre, comme nous le voyons dans l’entrée de la grotte.

La descente se fini par l’apprentissage de nouveaux mots de balinais, à mesure que nous voyons des araignées (labah-labah), des champs de piment rouge (cabai) ou de maïs (jagung).

On marche en même temps que d’autres groupes accompagnés d’autres guides qui, tout comme Jay, apprennent diverses langues à mesure qu’ils rencontrent les étrangers. On entendait de l’espagnol, de l’allemand et du français. « fatigué », « fait attention », « glissant », « ça va », « merci », « de rien », et bien d’autres, nous donnant encore quelques leçons de balinais. Lelah (je suis fatigué), hati-hati (attention), baik-baik (moto/scooter), terima kasih(merci), sama-sama(de rien)…

Le retour à Ubud se fera cette fois-ci de jour mais aussi en pleine chaleur! 26 degrés à 2 heures du matin, 18 en haut du Mont Batur et déjà 32 à l’ombre revenu en bas… Heureusement, notre vieille Toyota est climatisée. Le luxe suprême pour une voiture de cet âge!

On pourra admirer le paysage montagneux et rempli de forêt d’eucalyptus et autres arbres des tropiques, en empruntant les routes tortueuses et cabossées autour du lac Batur, puis en passant dans les villages le long de la route revenant à notre point de départ. C’était vraiment plaisant! En voici un petit extrait vidéo:

 

Donc, pour résumer, faites cette ascension si vous passez sur Bali!!

En plus, malgré le monde, l’environnement est respecté et très propre. Il y a même une petite cahutte aménagée pour boire et manger au sommet, si votre agence ne vous le propose pas.

 

Renseignez-vous bien sur l’itinéraire et sur les accomodations qu’on vous propose dans plusieurs agences avant de réserver.

Aussi, pour être sûr de ne pas être déçu, vérifiez bien la météo du Mont Batur avant de réserver!

Vous pouvez aller sur ce site : METEO BATUR

 

Une simple paire de baskets suffit, tant que la semelle n’est pas trop usée. Prenez des bâtons de marche si vous voulez. La descente peut être un peu glissante mais se fait bien. Une rando qui monte bien, mais faisable pour tout le monde !

Deux petits détails bêtes mais à ne vraiment pas oublier:

  • Vos lunettes de soleil. La lumière est forte dès le lever de soleil (je plains le couple d’allemands).
  • Un bon pull! Il fait vraiment frai et vous ne pourrez pas vraiment bouger pour vous réchauffer en haut (pas mal de monde regrettait de se retrouver en haut en short et t-shirt…).

 

En espérant que ça vous a plu et que vous avez bien voyagé en lisant cet article!

À bientôt pour d’autres aventures!

Aymeric LECOSSOIS – Pictures From The World
Qui suis-je?

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *