Pourquoi adopter le réseau Couchsurfing ?

Marre des hôtels ? Marre des motels? Marre des auberges de jeunesse ? Marre de dépenser des sous pour être déçu ?

Quand j’ai décidé de traverser le Canada d’Est en Ouest en 2015, je voulais tenter autre chose que ces solutions. Je voulais voyager différemment, tenter autre chose. J’ai voulu commencer un peu a toucher au minimalisme et aussi à me prouver à moi-même que voyager dans un pays au niveau de vie élevé était possible même pour les petites bourses.

Tout d’abord, j’ai utilisé ma propre voiture pour me déplacer, et j’ai décidé de la transformer en mon propre hôtel, sans aménagement particulier. Un sac de couchage a suffit !

Puis, j’ai voulu m’immerger au maximum dans la vie canadienne, en rencontrant et en échangeant un maximum avec les locaux.

Mais comment j’allais faire ?

Moi qui suis d’un naturel assez timide et introverti, je me voyais mal interpeller les gens dans la rue ou directement sonner chez eux en leur expliquant ma venue. Il me fallait une autre solution.

C’est alors que m’est venue l’idée de faire du Couchsurfing, idée trouvée en faisant des recherches sur l’Internet.

Cette idée allait résoudre deux de mes plus gros problèmes :

  • propreté et « camouflage » dans les grandes villes (douche, endroit pour se garer et dormir sans trop se faire voir, etc…)
  • la gratuité du service, réduisant mon budget total d’environ 30%. Pendant 3 semaines, je n’ai jamais payé pour dormir, même si de l’aide cuisine et/ou un petit cadeau de remerciement est/sont tout à fait bienvenu !

 

Car, oui, dans ce monde où tout est payant, c’est encore possible de se loger gratuitement !

Pour celà, nous devons remercier quelques personnes : Casey Fenton, Daniel Hoffer, Sebastien Le Tuan et Leonardo Bassani da Silveiraqui. Ils ont rendu tout ceci possible depuis 2004!

Casey Fenton en fut l’initiateur lorsque, en 1999, il cherchait à se faire héberger gracieusement par des étudiants de l’Université de Reykjavik, en Islande. Il a reçu tellement de réponses positives à son appel qu’il fut alors convaincu qu’il existait des personnes qui pensaient le voyage d’une manière différente. Il fonde alors le site internet « Couchsurfing« , qui rassemble une grande communauté d’échange, nommé les CouchSurfers.

En 2012, près de 5 millions de personnes y avaient créer un profil, proposant leur canapé ou un lit pour héberger des gens du monde entier de façon temporaire et totalement gratuite!

On dit merci qui ?? Merci Casey Fenton !!

J’ai pu en faire l’expérience pour la première fois en Septembre 2015, en traversant le Canada, en alternant les nuits en voiture dans les coins les plus perdus et les nuits chez l’habitant dans les grandes villes.

Bien sûr, tout ceci paraît bien beau! On ne va pas se mentir, comme partout, il y a quelques points négatifs qui se cachent.

Souvent, les personnes, moi-même inclus, ont une approche craintive de ce système qui est due notamment à la sécurité. On parle ici de dormir chez des gens qu’on ne connaît pas! Et, effectivement, même si c’est une infime minorité, on ne tombe pas toujours sur des personnes très nettes.

Si vous avez déjà vu les émissions d’Antoine de Maximy, « J’irai dormir chez vous« , vous voyez de quoi je parle.

C’est ce qui me faisait personnellement le plus peur. Comme tout réseau que l’on peut trouver et participer sur internet, il faut faire attention à ce que l’on fait avant de se lancer, afin de ne pas être surpris.

 

La Sécurité

Tout d’abord, pour éviter les problèmes les plus courant, si l’on est un homme, il faudra préférer contacter un homme et si l’on est une femme, il faudra préférer contacter une femme.

Lorsque l’on contacte un Couchsurfer sur le site, il ne faut pas hésiter a poser des questions qui peuvent être dérangeantes avant d’accepter de dormir chez quelqu’un que vous ne connaissez pas, tout comme peut également le faire la personne qui vous hébergera pour en savoir plus sur vous.

Par exemple, quand je cherchais un Couchsurfer à Toronto, il m’est arrivé de tomber sur des hommes homosexuels qui cherchaient à héberger d’autres hommes pour avoir une relation avec eux le temps du séjour, ce que je ne voulais pas! À Winnipeg, si je n’avais pas été curieux, j’aurais dormi chez une personne adepte à la drogue, ce que je ne voulais pas non plus.

Poser une simple question peu parfois vous éviter de désagréables surprises et mésententes une fois que vous arrivez.

Il y a également un système de commentaires sur la personne qui va vous héberger, où les visiteurs racontent comment c’est passé leur séjour, apportant parfois des précisions importantes qui ne sont pas notifiées sur le profil.

Pour compléter, un système de vérification des coordonnées de la personne qui vous assurera que l’adresse donnée existe bien et que le numéro de téléphone n’est pas un faux. Vous pouvez même pousser la sécurité encore plus loin et faire connaissance en vous parlant sur Skype ou par téléphone avant de valider votre rencontre physique.

Bref, si vous faites attention et que vous utilisez tous les outils de sécurité proposés, il ne vous arrivera absolument rien!

Un système de commentaires, appelé « Références », qui peut vous donner plus de précisions sur la personne qui va vous héberger (tiré de mon propre profil)

Les limites du système

Ce système d’hébergement étant gratuit, il y a bien sûr des restrictions qui semblent logiques.

En premier,  il sera rare de l’utiliser pour un séjour de plus de une semaine au même endroit, à moins que votre hôte soit vraiment sympa, disponible et/ou que vous vous entendez comme les meilleurs amis du Monde.

Aussi, comme vous logerez chez quelqu’un, ne vous attendez pas à un hôtel de 50 chambres avec douche personnelle! Cela peut paraître logique mais ce n’est pas du tout adapté à une famille entière. La plupart des personnes proposent d’héberger de 1 à 2 personnes, parfois 3. Souvent, vous dormirez sur un canapé ou sur un lit d’appoint. Moins souvent, vous aurez un lit et plus rarement votre propre chambre.

Dans « My Home », vous pourrez trouver plus de précisions sur les préférences de votre futur hôte et sur l’endroit où vous serez hébergé (tiré de mon propre profil)

Cela vous rebute complètement?

Vous ne voulez plus jamais entendre parler de ce système?

Vous pensez avoir perdu votre temps à lire ces derniers paragraphes?

Ne partez pas et lisez la suite!

 

Simplicité et échanges…

Comme je le disais, j’étais surtout inquiété par la sécurité. C’est en me renseignant longuement sur le système Couchsurfing et en lisant des avis d’utilisateurs plus ou moins confirmés que je me suis lancé dans mes premières réservations. Et je ne peux pas dire que j’ai été dégoûté. J’ai même adopté CouchSurfing, et je ne jure presque plus que par ça!

Cela m’a permis de rencontrer des locaux (qui m’ont aussi fait confiance) et de partager avec eux, tout en économisant des centaines d’Euros!

Au-delà du fait de la gratuité, j’ai pu aussi bénéficier des connaissances et conseils de mon/mes hôte(s) pour faire mes visites efficacement et éviter de perdre du temps bêtement. J’ai appris à connaître de nouvelles personnes et parfois à m’en faire des amis, avec qui je converse toujours aujourd’hui !

On a échanger nos cultures, nos expériences de la vie, nos parcours, nos meilleures recettes (même si je hais cuisiner!) et même nos blagues préférées, autour d’une bonne table ou d’un bon verre.

Parfois, ces gens que vous ne connaissiez pas la veille se transformeront en ami après quelques repas!

Tout ceci n’a pas de prix et, à y réfléchir, ça vaut bien une ou quelques nuits sur le canapé du salon!

Antoine de Maximy pose sur un canapé. Vous pourrez parfois même avoir un lit !

Alors renseignez-vous à votre tour, créez votre profil, présentez-vous et lancez-vous!

Ne ratez pas cette expérience unique!

 

Maintenant, je suis curieux ! Ce serait sympa si vous pouviez répondre aux 2 questions de ce petit sondage ci-dessous !

Cela servira uniquement à des fins personnels, qui me permettront plus tard de ressortir ces statistiques pour avoir une idée de quelle manière les gens voyagent !

Merci d’avance ! 🙂

Note : Nous respectons votre vie privée. Vos informations ne seront en aucun cas partagées avec un tiers

 

Si vous êtes vraiment curieux et voulez savoir le genre d’expériences sensationnelles qui pourraient vous attendre avec Couchsurfing, je vous invite à lire mon eBook gratuit qui est téléchargeable à ce lien »» À Travers le Canada.

 

Aymeric LECOSSOIS – Pictures From The World
Qui suis-je ?

 

 

 

 

Note sur l’affiliation :

Cet article n’est aucunement sponsorisé ! Ce n’est pas un placement de produit. Je ne touche absolument rien pour le publier ! Je donne ici juste mon avis et mon expérience avec Couchsurfing, d’un point de vue tout à fait personnel. J’ai a cœur de vous proposer un contenu de qualité et je ne veux en aucun cas vous trahir pour gagner quelques Euros !
Merci de votre attention 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *