Pourquoi prendre l’avion coûte si cher ?

Prendre l’avion coûte cher.

Quand on part en voyage en-dehors de l’Europe, c’est souvent le moyen de transport pour arriver sur place qui coûte le plus cher, après le logement et la nourriture.

Intéressons-nous à comprendre pourquoi on paie le prix que l’on paie, et quels sont les dépenses que font les compagnies. Un billet d’avion dans la réalité, cher ou pas cher ?

On pense en tout premier lieu au coût du carburant, ça va de soi. Mais nous oublions souvent tout le reste. Il y a aussi le coût de l’avion, le coût du personnel et de leurs formations, le coût de la maintenance, les taxes d’aéroports, et encore tout un tas de choses. Ce sont donc des amas de détails qui, mis bout à bout, représentent une somme conséquente.

Sortons nos calculettes ! Enfin, non, rangez-les. J’ai tout calculé pour vous ! Oui, je sais, je suis trop sympa 🙂

Le carburant a un coût. Mais il faut bien plus que du carburant pour faire voler un avion…

 

Le coût du carburant qui fait exploser le prix du billet…

Un avion ça pollue…

etc…

 Vous êtes sûr ?

Un A320 peut transporter jusqu’à 24.000 litres de kérosène. C’est l’équivalent d’environ 400 réservoirs pleins de votre voiture de tous les jours !

Selon les données du fabriquant Airbus, chaque fois qu’un A320 parcours un kilomètre, il consomme environ 3 Litres de carburant. Si l’on rapporte ce résultat à la mesure de consommation que nous connaissons tous, cela donne précisément 303 litres aux 100 kilomètres (L/100).

C’est énorme !!

Imaginons un peu : pour faire le trajet aller Paris-Lyon, l’avion a besoin d’environ 1.400 litres de carburant ! Avec votre voiture de tous les jours, vous pourriez faire la même distance 49 fois !!

Seulement, ce n’est pas la consommation réelle de l’avion.

Pourquoi?

Car dans l’avion, il y a des passagers! Cette consommation de 303 L/100 est valable uniquement si il y avait qu’un seul passager dans l’avion ! Et j’espère que ce seul passager est le pilote 😉

Le billet d’avion, il est payé pour nous-même, pas pour tout l’avion (et heureusement d’ailleurs !). Il faut donc ramener le prix du carburant au nombre de passagers.

Pour votre voiture, imaginons qu’elle consomme 6 litres aux 100 et que vous êtes 3 personnes dedans. Cela fait donc une consommation de 2 L/100 par personne.

Continuons sur l’exemple de lA320. Il peut transporter jusque 154 passagers. De plus, les A320 sont souvent utilisés par les compagnies low cost et sont donc souvent remplis. Je me permet tout de même d’arrondir à 150 passager, pour faire une petite moyenne (n’oublions pas l’équipage en plus des passagers !).

Reprenons nos 303 L/100 et divisons-les par le nombre de passagers. Cela donne une consommation de 2L/100.

C’est exactement la même que si vous étiez 3 dans votre voiture !!

On pourrait alors presque dire que lorsque l’on prend l’avion, on fait du coavionage !

Alors?

L’avion, ça pollue ?

Ça consomme ??

Apparemment pas plus qu’une voiture…

A noter que le transport terrestre est responsable de 10.5% des émissions de gaz à effet de serre, contre 6% pour le transport aérien (au niveau mondial).

En Février 2016, le litre de kérosène revenait à 1.24$. Sur la distance Paris-Lyon, cela coûte donc 9.54$, soit 10 Euros seulement ! (Taux de change Mars 2017).

Aussi bizarre que ça puisse paraître, un avion est aussi « vert » qu’une voiture moyenne de tous les jours.

 

Bon, d’accord, c’est bien beau tout ça ! Mais mon aller pour Singapour, selon les compagnies, je le paie de 400 à plus de 1.500 Euros en classe économique ! Où est l’arnaque ??

Comme je l’ai dit au tout début, il n’y a pas que le coût du carburant.

Voyons les autres coûts, de manière générale, de façon à comprendre tous les chiffres à prendre en compte dans le calcul final.

 

Le coût de l’équipage

Un A320 a besoin de 2 pilotes et de 4 stewards et hôtesses.

Il faut intégrer à notre calcul le coût horaire de l’équipage au complet. Bien sûr, les taux horaires varient énormément suivant l’expérience, la compagnie qui les emploie, le niveau hiérarchique, les études, etc.

La compagnie Air France a sortit un tableau des taux horaires moyens pour la compagnie principale et sa compagnie Low Cost Transavia (qui appartient à Air France).

Un pilote est payé en moyenne 64E (net)/heure de vol. Un copilote est lui payé en moyenne 28E (net)/heure de vol. Ce qui nous donne 92 Euros pour notre vol Paris-Lyon (1196 pour Paris-Singapour).

Les stewards et hôtesses sont eux à 18E (net)/heure de vol (source: salairemoyen.com), ce qui nous donne 72 Euros pour le vol Paris-Lyon (936 pour Paris-Singapour).

Divisons tout cela par notre nombre de passagers, ce qui donne 1.10Euros pour Paris-Lyon (14.20 pour Paris-Singapour).

 

Les taxes d’aéroport

J’en parlais déjà dans l’article « Comment fonctionnent les compagnies aériennes low cost ». À chaque fois qu’un avion atterrit, décolle ou se présente devant la porte d’embarquement, il faut payer des taxes. Ces taxes sont bien plus complexes qu’on ne le pense. Par exemple, les tarifs changent selon les horaires de la journée !

Je n’ai pas pu me procurer celles de Singapour, mais j’ai celles de New York (https://www.panynj.gov/airports/pdf/scheduleofcharges-jfk.pdf).

On y apprend donc que le coût pour décoller est de 6.77 Euros par tranche de 450 kilos. Si l’avion reste plus de 10 minutes stationné à la porte d’embarquement (ce qui est tout le temps le cas !), cela coûte 54 Euros les 15 premières minutes, puis 107 Euros à chaque 15 minutes suivantes. En gros, pour 30 minutes de stationnement à l’aéroport, cela coûte 161 Euros !

Aussi, chaque passager qui sort du terminal de l’aéroport coûte 4.80 Euros à la compagnie.

Il faut aussi prendre en compte la location du matériel pour acheminer les passagers dans l’avion. Cela peut comprendre un bus et son chauffeur, des échelles et les manutentionnaires, des galeries surélevées et les manutentionnaires, etc…

Un A320 au décollage pèse jusqu’à 78 tonnes. Prenons 70, pour arrondir comme avec le carburant.

Un simple décollage coûte donc 1053 Euros, auxquels nous ajouterons les 161 Euros pour 30 minutes de parking (plus cher qu’en voiture, hein?), et le droit de sortie du terminal des 150 passagers : 720 Euros.

Coût total, sans prendre en compte la location du matériel : 1934 Euros.

Cela donne 12.90Euros par personne pour opérer l’avion sur la piste.

L’aéroport d’Amsterdam

 

Les taxes que l’on paye nous pour l’aéroport

Par exemple, la taxe sur les billets domestiques, qui est de 7.50% du prix du billet que vous avez payé. Il y a aussi la taxe de transport internationale, qui s’élève à 18.90 Euros. Il y a même une taxe pour l’aviation civile française, qui est de 15 Euros !

On peut arrondir à environ 60 Euros de taxes supplémentaires par personne, pour un vol international, comme Paris-Singapour.

 

Le coût de l’avion

Les avions sont chers. Encore plus chers que nos billets. Un A320 de base (c’est à dire sans remise, ou achat « en gros ») se paie 104 millions d’Euros. Comment calculer le coût d’un avion par passager?? En divisant le prix de l’avion par sa durée de vie estimée, puis en ramenant le tout à un seul passager.

Tout d’abord, l’entretien d’un avion ne se défini pas par le temps de vol (le nombre d’heures), mais par des cycles de vol. Un cycle de vol équivaut à un vol, et ce, qu’il dure 30 minutes ou 18 heures.

Pour aller encore plus loin et satisfaire les esprits techniques, on compte juste le ombre de vols car ce qui importe, c’est le nombre de fois que l’avion est pressurisé (c’est à dire une fois par vol). En effet, la pressurisation donne une différence importante de pression entre l’intérieur et l’extérieur du fuselage, ce qui, avec le temps, peut causer des fissures dans la carlingue.

L’A320, et bien d’autres avions, est un avion très durable. Sa première mise en service à été faite en 1988, soit il y a 29 ans ! (2017). Ils sont prévus pour voler plus de 60.000 vols.

Donc si l’on divise le prix de l’avion par son nombre de cycles maximal estimé. Nous obtenons 1733 Euros par vol. Cela donne 11.55 par personne.

Cela prend en compte uniquement le coût initial de l’avion, pas sa maintenance…

Un A380 en cours d’assemblage

 

La maintenance de l’avion

Pour garder l’avion sécuritaire, les opérations de maintenance sont courantes. En réalité, elles sont effectuées à chaque fois que l’avion atterrit. Vous verrez toutes ces personnes vêtus de vêtements fluo tourner autour de l’appareil pour faire des vérification de premier niveau.

L’avion suit aussi un cycle de maintenance similaire à celui de nos voitures, ponctué par des « révisions ». Parfois, on change juste certaines pièces, et d’autres, plus rares, ont démonte presque tout l’avion pour le remettre à niveau.

Sur la vie totale de l’avion, soit 60.000 vols, les coûts moyens de maintenance par heure pour un A320 est le suivant:

  • 691 Euros pour le taux horaire des mécaniciens
  • 295 Euros pour les pièces
  • 645 Euros pour les inspections et les révisions
  • 637 Euros pour la maintenance et restauration des moteurs

Cela donne 2268 Euros de coûts de maintenance pour une heure.

Multiplions ce chiffre par le nombre d’heures de vol pour Paris-Singapour : 29484, que l’on divise ensuite par le nombre de passager. 196 Euros par personne.

Un réacteur d’avion de ligne en cours de maintenance.

 

Le temps de non-vol

Qu’est-ce que ça veut dire?

Derrière chaque avion, il y a une compagnie et ses employés de bureau. Le temps de non-vol, c’est ça. Ce sont les ingénieurs, le marketing, l’administration, les consultants, les relations publiques… Il faut aussi compter la location de tous les locaux et de tous les premiers besoin, comme des bureaux ou des ordinateurs…

Il est presque impossible de définir ces coûts. Mais il faut y penser quand même.

 

L’assurance

Eh oui, quand on a un avion, il faut l’assurer, tout comme notre voiture ou notre logement. Ce coût s’élève à 114.000 Euros par an pour un A320. Supposons qu’il vole 8 heures par jour, cela fait 38.50 Euros par heure de vol, soit 500.50 Euros pour un Paris-Singapour.

Ramené au nombre de passagers, cela donne 3.34 Euros par personne.

 

Les totaux

Additionnons toutes ces dépenses, pour un vol de 13 heures reliant Paris à Singapour (10.740 kilomètres)

  • Carburant : 285
  • Équipage : 14.20
  • Taxes aéroport compagnie : 12.90
  • Taxes aéroport passager : 60
  • Avion : 11.55
  • Maintenance : 196
  • Assurance : 3.34

Nous arrivons donc au total à 583 Euros pour un vol Paris-Singapour.

Je vous laisse calculer combien ça vous coûterais si vous voulez y aller en voiture, en train ou en bateau…

J’ai déjà payé un aller simple entre ces deux villes à 420 Euros. C’était avec Singapore Airlines.

Mais n’oublions pas que ces calculs ont été faits sur des moyennes, avec un coût d’équipage de Air France, et des frais de maintenance de Air France. Il faut aussi prendre en compte la différence entre les avions (coût initial, coûts de maintenance, coût d’assurance…), et les aéroports qui ont tous des taxes différentes. Tout ceci explique les écarts.

Le but n’était pas de tomber sur un chiffre exact, mais sur une estimation par rapport au réel.

Est-ce que ce que l’on paie vaut ce que ça coûte ?

Je pense que la réponse est positive.

 

Alors oui, prendre l’avion, ça coûte ce que ça coûte, et ça coûte cher. Maintenant, nous savons pourquoi. En réalité, la compagnie ne fait pas beaucoup de bénéfices sur un billet. Ce qui fait ses bénéfices, c’est surtout le nombre de billets qu’elle vend.

 

Mais revenons un peu en arrière dans le temps…

Le Douglas DC-6B, un des fleurons de l’aviation civile des années 50 et 60.
Il en reste encore 49 en service aujourd’hui, sur les 704 construits.

 

Prendre l’avion, ça coûte cher. Mais ça n’a jamais été aussi peu cher depuis le début de l’histoire de l’aviation civile !!

En exemple principal : les compagnies low cost, qui nous proposent des tarifs dérisoirs, car elles arrivent pas tous les moyens a minimiser leurs dépenses.

Prenons aussi en compte la concurrence entre les compagnies d’un même pays. Pour cela, Singapour est justement un des meilleurs exemples. Imaginez 3 compagnies aériennes en concurrence dans un pays minuscule et 5.5 millions d’habitants seulement. Ça se « tire dessus » pour proposer le meilleur service au plus petit prix.

Aux USA, un vol aller-retour entre New York et Los Angeles coûte en moyenne 330$. Si vous faites le même trajet en voiture, cela vous coûtera exactement le même prix, mais seulement pour faire un aller, et uniquement en payant l’essence !!

En 30 ans, le prix d’un vol intérieur aux USA a été divisé par deux !

 

Une fois de plus, on ne peut pas dire que l’avion coûte cher !

 

En résumé, la prochaine fois que vous achèterez un billet d’avion, vous saurez pour quoi vous payez !

Bon vol !

 

Un grand merci à Wendover Productions pour les informations !

Aymeric LECOSSOIS
Qui suis-je?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *