Archives par mot-clé : astuce

Comment économiser 10000 Euros en un an ?

C’est la question qui tue. Elle résonne maintenant dans votre tête : « Comment économiser 10000 Euros ? ». C’est beaucoup d’argent et en plus, cela paraît impossible.

Impossible ? Pas si sûr : je l’ai fait 2 fois ces 5 dernières années. La première fois en 2015 quand j’étais au Québec : 10,000$ Canadiens en 10 mois. La deuxième fois en France en 2017 : 10,000 Euros en 12 mois tout juste.

Il y a trois solutions : gagner plus, dépenser moins, ou les deux à la fois. Dans mes deux expériences, j’ai choisi l’option de dépenser moins.

Je ne parlerai pas ici de ma première expérience au Québec : salaires incomparables, et ma colocation me coûtait seulement 250$ par mois. Si je n’avais pas passé mes weekends un peu partout dans le pays ou aux USA, ce but des 10,000$ économisés aurait été atteint en moins de 6 mois.

En France, je gagnais 1,500 Euros par mois, je vivais chez mes parents mais leur versais 300 Euros mensuels pour toutes les dépenses (comme une colocation, mais chez les parents). J’avais également une voiture, et j’ai fait un roadtrip en Slovénie pendant 3 semaines qui m’a coûté 1000 Euros (dont 400 pour le garage car ma voiture était tombée en panne !).

J’ai quand même réussi à économiser 10000 Euros en un an.

Col de Vrsic, Slovénie

Quel est votre but ?

Alors, certes, ça n’a pas été simple. Il faut être économe, il faut tout traquer, tout étudier, se limiter parfois. Il faut surtout avoir un but, car c’est ce qui aide le plus. Le mien était de réunir un maximum d’argent sur mon compte pour pouvoir voyager sur le long terme. Justement, un tour du monde d’un an se fait avec 8,000 à 20,000 Euros. Encore une bonne idée pour réussir à économiser 10000 Euros!

Être économe est aussi un voyage, un voyage intérieur. Il n’est pas facile. Cela prend parfois des années. C’est une évolution personnelle et un changement de style de vie. Il faut le prendre en compte. C’est « mettre à la poubelle » les choses matérielles, stopper une consommation excessive d’un peu de tout. Faut-il encore savoir de quoi!

Faites vos comptes

Et pour cela, le mieux est de prendre une feuille de papier ou un tableur Excel et de noter toutes ses dépenses et revenus par semaine, ou par mois, classé par catégories. On peut y mettre par exemple le logement, la voiture et/ou le transport, la nourriture, le téléphone, les sorties, et le divers pour tout le reste.

Voici à quoi ressemblaient mes dépenses moyennes par mois sur un an, pour l’année 2017 :

  • Logement + nourriture + factures : 300E
  • Voiture : 250E (essence, assurance, garage, CT)
  • Téléphone : 10E
  • Sorties : 30E
  • Divers : 60E

Cela fait 650E de dépenses en moyenne par mois, pour 1,500 Euros de revenus, soit 850 Euros économisés par mois en moyenne.

Si c’est votre première fois, patience !

Les fameux « 1% les plus riches » peuvent économiser 10000 Euros en 1/10ème de seconde. Je doute que ces personnes là lisent mon article en ce moment. À notre niveau, arriver à ce résultat en un jour est un rêve. « Rome ne s’est pas construite en un jour », vous diront-ils. Pour être efficient, cela peut prendre des mois ou des années.

Voilà d’où je suis parti en 2014: j’avais un crédit pour ma voiture qui en plus me coûtait cher en entretien (au total 550E par mois crédit inclus), j’avais un appartement de 70 mètres carrés (dont je ne m’en servait que de 40) à 500 Euros par mois, mon téléphone me coûtait 25 Euros par mois et je ne regardais pas trop sur les sorties.

Résultat : 1750 Euros de gagnés (ce que je gagnais à cette époque précise en 2014), plus de 1600 de dépensés. C’est comme ces gens qui gagnent 15,000 Euros par mois mais qui n’ont pas un rond au final. Pire, 95% de mes dépenses étaient faites dans des choses matérielles. Tout ce qu’il ne faut pas faire.

Il faut dire, j’avais une énorme passion pour l’automobile à cette époque. Je pensais à vivre le rêve (très coûteux) jour et nuit.

La passion n’est pas totalement disparue pour autant. Certaines de ces photos ont été prises pendant mes voyages au USA. J’ai juste compris qu’il fallait être humble et profiter des expériences de la vie plutôt que des choses matérielles.

Je préfère mettre 1.000 Euros dans un voyage de 3 semaines en Slovénie, plutôt que 1.000 Euros dans des pneus de voiture !

Un déclic peut tout faire changer

Et puis j’ai commencé à faire des économies avant mon expatriation au Canada, car il le fallait bien pour me réinstaller ailleurs. J’ai fait un tableau Excel de mes dépenses, et j’ai regardé sur quoi je pouvais couper, en commençant par le plus gros.

J’ai alors vite compris qu’en coupant deux ou trois dépenses inutiles, on pouvait faire facilement, et sans trop mettre de côté le plaisir, des économies.

Les premiers 1,000 Euros ont été les plus difficiles : j’ai décidé de revendre ma coûteuse voiture pour rembourser le crédit que j’avais dessus.

Je me suis acheté une petite citadine à la place, me faisant économiser au total 300 Euros par mois (crédit + entretien). 300 Euros par mois économisés rien que pour une voiture, eh oui !

Ma voiture me coûtait aussi cher que mon loyer… La passion, le plaisir. Ou plutôt trop de plaisir ! Trop d’essence, trop d’assurance, location d’un garage pour la garer à l’abri, etc… Elle a été remplacée par une Twingo.

Et puis les 1,000 Euros suivant ont été un peu plus simples, car la machine se met en route. Aussi, voir que ça fonctionne est très motivant et aide à continuer dans ce sens.

Ça en devient comme un jeu, et puis on devient une machine à économiser. La plupart des décisions que je faisais étaient basées sur deux questions simples : est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Est-ce que ça vaut vraiment la peine de dépenser cet argent ?

1+1+1+…

Ayez un but (pourquoi je dois économiser de l’argent ?), sachez exactement combien vous gagnez et combien vous dépensez. Établissez un budget pour vos dépenses mensuelles en fonction de ce que vous devez économiser. Posez-vous la question : de tout ce que vous achetez tous les jours, toutes les semaines, tous les mois, quelles choses sont une nécessité pour vous ?

Si vous arrivez à économiser 10 Euros sur un poste et que vous en avez 5, cela fait 50 euros. Si vous ne prenez pas cette petite bière en plus dans votre bar favori, c’est peut être 5 Euros de plus sur votre compte. Et si vous cuisinez chez vous ce soir au lieu d’aller au restaurant, c’est peut être encore 40 Euros d’économisés.

En additionnant le tout, c’est déjà un bon petit paquet d’argent économisé dans votre projet. C’est ce que j’appelle le 1+1+1+… = beaucoup !

Si le chiffre 10,000 paraît trop gros et trop impossible pour vous, coupez-le par mois, par semaine ou par jour. Vous verrez que ce n’est pas si énorme que ça au final.

4000E/an = 333E/mois = 77E/semaine
6000E/an = 500E/mois = 115E/semaine
8000E/an = 666E/mois = 154E/semaine
10000E/an = 833E/mois = 192E/semaine

Dites-vous que si vous arrivez à économiser seulement 100 Euros par mois, c’est déjà 1,200 Euros de plus sur votre compte à la fin de l’année.

On a rien sans rien

Il peut arriver que votre but tombe court, qu’il vous manque encore un peu d’économies, que vous devez économiser un plus gros montant, ou que vous devez économiser sur une très courte période.

Dans ce cas, essayez de faire des heures supplémentaires au travail, comme je l’ai fait, ou de cumuler avec un autre travail à mi-temps ou le weekend. Cela peut être très compliqué, mais si votre but est suffisamment puissant et important pour vous, vous devriez arriver à relever le challenge.

Je l’ai fait au Québec où il m’est arrivé de travailler 8 jours d’affilée pour 86 heures de travail, je bossais 65 à 70 heures par semaine pendant 2 semaines par-ci par là. Quand je bossais dans l’aéronautique, je venais le samedi matin pour faire 3 ou 4 heures de plus.

C’est aussi parfois un autre prix à payer pour économiser 10000 Euros!

Le « Trou du Diable », à Shawinigan, près de Trois-Rivières. C’était en 2015. Si vous regardez mes yeux, vous ne pourrez pas rater mes cernes ! Pas facile de cumuler les semaines de 60 heures et les extras !

En Nouvelle-Zélande, j’ai rencontré une fille qui devait économiser 23,000$ pour payer son année d’études. Elle faisait 4 boulots : elle livrait des pâtisseries le matin, était libraire le jour, elle bossait dans une pizzeria le soir à mi-temps, et elle donnait des cours d’anglais à domicile en plus.

Il y a plein d’autres solutions, plus ou moins contraignantes :

  • Déménagez pour diminuer votre loyer et/ou vos factures
  • Prenez un forfait de téléphone ou d’internet moins cher
  • Comparez les assurances
  • Vendez votre voiture et prenez en une plus petite comme je l’ai fait
  • Achetez usagé (Leboncoin par exemple)
  • Vendez les objets dont vous ne vous servez pas
  • Utilisez les transports en commun ou un vélo
  • Cherchez et trouvez des activités gratuites
  • Évitez de prendre un crédit.
  • Etc…

Pour moi, le facteur le plus important pour faire des économies, c’est de ne pas avoir de crédit ! Et pour les fumeurs, arrêter de fumer (oui, je sais, facile à dire).

En tout cas, une chose est sûre, si vous restez là à ne rien faire, vos économies ne décollerons pas, à moins de gagner au Loto (1 chance sur 13 millions tout de même!).

Une fois l’objectif atteint…

…Tous les sacrifices que vous aurez fait vous seront rendus en quadruple ! Quand j’ai quitté mon travail au Québec, j’avais au total 14,000$, ce qui m’a permis de voyager pendant 12 mois d’affilée sans revenus !

J’ai traversé le Canada et les USA en voiture, je suis retourné en France, j’ai été en Indonésie, à Singapour. Puis j’ai fait mon premier PVT en Australie où j’ai travaillé 2 mois puis fait la Côte Est en 1 mois.

Chacune de ces 2 années passées à économiser pour réaliser mes projets n’a pas été facile ! J’ai du faire des sacrifices pour économiser autant en si peu de temps. Mais je ne me plain pas, loin de là. J’ai pu financer des voyages au long court, entre roadtrip et backpacking ! Que des souvenirs inoubliables !

Vue sur Jasper, depuis le mont Old Fort (1170 mètres), dans les Rocheuses Canadiennes.

Le lac Moraine, un moment incroyable lors de mon roadtrip au Canada !

Whitehaven Beach, vue depuis le Hill Inlet Loukout. L’archipel des Withsundays a été un des innombrables souvenirs magique en Australie !

Quand je suis parti de France en 2018, j’avais près de 14,000 Euros, économisés sur 15 mois. Je m’en suis servit pour partir en PVT en Nouvelle-Zélande. J’en ai dépensé 5,500 entre l’avion, les 2 premières semaines d’hébergement et de vie sur place, l’achat d’une voiture et de quelques vêtements.

Maintenant, je gagne ma vie en Nouvelle-Zélande et je ne touche plus à mes Euros depuis bientôt un an ! C’est en quelque sorte mon matelas de sauvetage, au cas où !

On ne se sent jamais plus décontracté que quand on sait qu’on a de quoi subvenir à ses besoins pour plusieurs mois sans revenus.

Lever de soleil à Opononi, dans le Northland, Nouvelle-Zélande.

En résumé

Tout ce que vous avez besoin, c’est une feuille de papier, un stylo et votre cerveau. Suivant vos revenus de départ ou votre train de vie de base, cela peut être très facile et très court tout comme très difficile et très long.

  1. Ayez un but, un projet.
  2. Sachez combien il vous faut économiser au total et par mois.
  3. Faites vos comptes en inscrivant vos dépenses mensuelles.
  4. Ne vous mentez pas et supprimez ou diminuez les dépenses trop importantes ou qui ne vous ne servent pas autant que vous le pensez.
  5. Suivez votre évolution et faites des ajustements en réitérant l’opération tous les mois.
  6. Regardez vos économies grandir et imaginez-vous en train de réaliser votre projet pour garder le cap.


J’espère que ces conseils et mon expérience personnelle vous auront aidé et que cela vous aidera à réaliser vos projet !

Et si vous devez rouler dans une vieille Citroën Saxo toute pourrie comme je l’ai fait pendant un an et demi, dites vous que vous aurez des moments bien plus agréables une fois que vous pourrez réaliser vos projets !

Aymeric LECOSSOIS – Pictures From The World
Qui suis-je ?

Comment choisir sa destination de voyage ?

Choisir sa destination de voyage est parfois très simple et parfois impossible ! Il y a tellement de pays, tellement d’attraits, tellement de gens qui voyagent partout et nous donnent par la même occasion des idées. On a tellement d’idées, tellement d’envies, tellement de possibilités, qu’on n’arrive plus à choisir !

Si vous êtes dans ce cas, voyons quels sont les critères à mettre en place pour faire un peu le tri et préciser sa destination plus facilement !

 

La période

A quelle période de l’année souhaitez-vous partir ? Avoir la connaissance d’une date plus ou moins précise commencera déjà a faciliter le choix du pays car vous pourrez y ajouter la variable du climat dont je vais parler juste en-dessous.

Cette période peut être déterminée à plus ou moins 2 mois, rien de totalement précis !

J’ajouterai que de voyager dans un pays où c’est la basse-saison peut être bénéfique : moins de monde, tarifs moins élevés, locaux souvent plus accueillants. Attention cependant aux activités comme les musées ou à certains types de logement comme le camping, qui peuvent être fermés.

Le climat et les activités que vous aimeriez faire

Si c’est l’été chez vous, ce n’est pas forcément l’été à l’autre bout du globe. De même, si il fait -10 degrés chez vous, il pourrait aussi faire -10 à l’autre bout du monde, tout comme 40 degrés ! Tout dépend donc de ce que vous recherchez. N’oubliez pas qu’entre l’hémisphère Nord et l’hémisphère Sud, le climat est inversé.

Quels sont vos critères ? Qu’est-ce que vous aimez faire ? Plutôt sport ? Nature ? Culture ?

Se retrouver en vacances dans un coin qui ne correspond ni à nos envies ni à nos attentes, ce n’est pas vraiment génial. Choisissez un pays où les activités, les paysages et le climat correspondent à ce que vous voulez.

 

Le budget

Déjà à ce stade, vous devriez avoir réduit la liste de pays d’une bonne manière. Maintenant, connaître votre budget réduira encore plus cette liste.

Un voyage aux Maldives ou au Groenland coûtera une somme bien différente d’un voyage au Cambodge ou en Honduras, qu’on se le dise ! Évitez de vous retrouver dans le rouge à l’étranger. Essayez de partir avec plus d’économie qu’il ne vous faut.

Certaines destinations peuvent coûter très cher en déplacement, mais peu cher en « coût de la vie », c’est à dire « sur place ». Mais attention, l’inverse existe aussi ! Renseignez-vous sur le prix du transport, du logement, de la nourriture et des activités que vous aimeriez faire sur place, pour avoir une estimation de vos dépenses.

Définir un budget n’est souvent pas simple, car il ne faut pas se mentir, et il est parfois difficile de se projeter. Il faut presque oublier que l’on veut partir en voyage, faire comme si de rien était, pour y arriver. J’explique en quelques étapes comment faire, dans un autre article.

 

Les visas, les vaccins et la sécurité sur place

Regardez si un visa est nécessaire pour aller dans les pays restants dans votre liste. Ils sont plus ou moins faciles à avoir et coûtent plus ou moins cher. Faites attention, certains demandent de se déplacer à l’ambassade avant le départ, d’autres disponibles directement à destination.

Renseignez-vous sur les vaccins et traitements médicamenteux à avoir sur vous, obligatoires dans certains pays. Il faut parfois s’y prendre plusieurs mois à l’avance, comme pour l’encéphalite japonaise. Consultez votre médecin suffisamment à l’avance.

« Voyager, c’est dangereux ». On l’entend souvent. Mais, sincèrement, ce n’est pas plus dangereux que son petit confort de tous les jours !

Rien de mieux que de se renseigner avant le départ sur les conditions de sécurité dans le pays ! Pour cela, rendez-vous sur le site de l’ambassade de votre pays de départ. Mieux encore, demandez à d’autres voyageurs, via des forums ou des groupes de voyageurs sur Facebook, quelles ont été les conditions sur place lors de leur récent voyage.

Parfois, il faut simplement juste éviter certaines zones précises !

Exemple de carte montrant les niveaux de sécurité dans un pays donné (non contractuel !).

 

La langue

La barrière du langage est quelque chose de très particulier quand on y est confronté. Quand vous ne pouvez pas communiquer avec les gens qui vous entourent, il peut être très difficile d’évoluer dans un pays.

L’anglais est universel, mais tout le monde ne le parle pas forcément. Je l’ai vécu en Slovénie. Je pensais que l’anglais passerait… Mais en fait, c’était plutôt l’allemand ! Cela peut être frustrant, surtout quand vous rencontrez des gens intéressants ou qui peuvent vous apprendre quelque chose. Vous voyez, pas besoin d’aller bien loin pour se retrouver embêté.

Avant de partir, apprenez au moins quelques bases de la langue locale (bonjour, merci, au revoir…). C’est toujours très apprécié sur place !

 

Pour résumer, posez-vous les questions suivantes

  • Quand souhaitez-vous partir ?
  • Quel est le climat sur place à cette période ?
  • Qu’est-ce que vous aimez ou aimeriez faire ?
  • Allez-vous pouvoir pratiquer ces activités à l’étranger ?
  • Quel est votre budget ?
  • Avez-vous besoin d’un visa ? Quelle est sa durée ?
  • Allez-vous devoir vous faire vacciner ? Quelle sera la durée de la vaccination ?
  • Quelles sont les conditions de sécurité sur place ?
  • Quelle est la langue officielle ? La parlez-vous ?

 

Quelques ressources pour encore mieux vous aider dans vos démarches :

http://www.routard.com/

https://www.lonelyplanet.fr/

https://fr.duolingo.com/

http://fr.assimil.com/

 

En espérant vous avoir aidé dans la recherche de la destination de vos rêves !

Je vous souhaite un agréable voyage !

 

Aymeric LECOSSOIS – Pictures From The World
Qui suis-je ?

Comment réduire le poids de son sac à dos ?

On a tous déjà vu ces voyageurs avec leurs valises immenses et leurs sacs multiples se promener en ville vers leur hôtel. On a tous connu ce moment ou cette personne dire : « finalement, je n’ai pas eu besoin de ça ! », ou encore « ah, si j’avais su, je ne l’aurais pas pris ! ».

On a tous connu cet autre voyageur au dos plié en deux sous le poids de son sac, et c’était peut être nous-même ! Plus rarement, on entendra cette personne dire que son bagage a été perdu à l’aéroport…

Comment remédier à tous ces problèmes ? Comment ne plus regretter d’avoir pris avec nous des affaires dont on ne se sert jamais une fois sur place ? Comment éviter les pertes, les vols, les casses dans les aéroports ?

 

Allégez votre sac au maximum possible !!

Je vous explique dans les lignes qui suivent comment procéder !

Ne partez pas « chargé comme un militaire » ! Regrets assurés !!

 

Depuis que je suis parti en Australie en sac à dos, voyager léger est pour moi tellement logique que je ne sais même plus ce que le mot « valise » signifie.

Tout était tellement simple et facile avec mon sac à dos. D’autant plus que son poids était sous la barre des 7 kilos ! Du coup, je promenais ma maison partout où j’allais, en toute facilité.

Avec ce poids léger, j’étais loin de me déplacer à la vitesse d’un bigorneau ou un escargot !

Le saviez-vous ?
Certains voyageurs (tout de même rares) partent plusieurs semaines avec un sac de 18 ou 20 litres sous le bras, autrement dit une grosse sacoche. Certains autres voyages avec de vrais sacs à dos mais limitent le poids très méticuleusement. Un exemple ? : ils coupent un bout du manche de la brosse à dent, pour gagner à peine 10 grammes ! Mais cette méthode répétée à chaque élément fait gagner plusieurs centaines de grammes.

 

Comment faire pour avoir le bagage le plus léger que l’on a jamais porté sur le dos ?

 

C’est quelle saison à votre destination ?

C’est la première question à se poser… N’espérez pas partir avec un sac de 7 kilos si vous allez au Groenland, ou si vous partez au Canada en plein mois de Janvier… Non seulement les affaires d’hiver prennent beaucoup de place, mais en plus, elles sont bien plus lourdes.

Choisissez des pays chauds ou partez lorsque c’est l’été (ou la saison sèche) à destination. De cette manière, vos affaires seront moins nombreuses et plus légères.

Les différences de climat jouerons grandement sur la taille et le poids de votre sac !

 

Quel est le poids de votre sac à dos à vide ?

C’est la base de tout. Sans lui, vous partirez sans rien, mis à part ce que vous avez sur vous. Je suis sûr que pour les plus motivés et les plus minimalistes, c’est encore faisable ! Mais tout de même, préférons y aller un peu plus mollo.

Le poids et la contenance de votre sac sont important. Il faut trouver le bon compromis. Il faut surtout ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre !

En effet, plus vous aurez un sac petit, plus il sera léger, et moins vous pourrez emmener de choses. C’est en quelque sorte une limite à tous les excès possibles. Mais comment savoir la contenance parfaite ? En faisant confiance aux professionnels du voyage léger.

Tous les voyageurs légers sont unanimes…

Ne prenez pas plus gros que 50 Litres !

La première fois que je suis parti en sac à dos, j’avais pris un 50 Litres, comme préconisé. Devinez quoi ? Il n’était jamais plein… Même avec de la nourriture, un chapeau et une paire de chaussures dedans ! Alors je regrettais un peu d’avoir pris un 50 Litres alors que 40 suffisaient largement.

Je peux donc confirmer : ne dépassez pas 50 Litres.

Connaissez-vous l’autre avantage d’un sac de moins de 50 Litres ?

Lorsque vous prenez l’avion, il passe en bagage à main !! Fini les vols, fini les pertes !! Fini le « merde ! J’ai oublié un truc dans mon sac ! » lorsque vous êtres à votre siège mais votre sac en soute. Vous l’aurez toujours sur vous, à portée de main ! À moins que son poids dépasse les préconisations de la compagnie aérienne…

Une fois que vous avez la taille de votre sac, reste à trouver celui qui sera le plus léger, tout en correspondant aux critères de budget, de confort, de rangement et de solidité que vous vous serez fixé. Parce que c’est bien beau un sac léger, mais ça peut être très fragile ! En effet, certains sacs descendent sous les 1 kilo !

Pour la solidité et le confort, je conseillerais plutôt un poids de 1 à 2 kilos, selon la contenance.

Pour mon premier sac à dos, j’ai opté pour le Quechua Forclaz 50. Je l’ai payé seulement 40 Euros !

Il pèse environ 1.5 kilos vide, dos rembourré, ceinture à la taille, ceinture pectorale, les bretelles sont réglables. Il a des poches latérales extérieures sympas et l’intérieur peut se diviser en 2 compartiments. Il y a aussi une poche de fond. Le dos est rigidifié par une barre en aluminium à mémoire de forme qui fait toute la hauteur du sac. Il est très bien pour un premier voyage léger !

Il y a aussi des marques spécialisées dans le sac à dos, comme Osprey. Allez voir sur le site Backcountry pour comparer les sacs des marques spécialisées.

Ce sont des sac techniques, garantis de fabrication à vie pour certains. Ils sont un peu plus fragiles pour certains, mais aussi plus légers et aux nombreux réglages qui assurent un confort parfait. Le hic : ils sont chers…

 

Privilégiez les vêtements à double emploi ! Mais aussi légers.

Essayer d’acheter des vêtements qui servent à de multiples activités, tout en restant passe-partout. Par exemple, une chemise de randonnée ira très bien dans un bar en ville, tout comme sur un sentier en pleine montagne. Prenez un pantalon qui se transforme en short avec un système de fermeture-éclair.

Vous l’avez compris avec la première question posée plus haut, nous partirons plutôt dans une destination où il fera chaud. Un t-shirt et un short, c’est déjà léger. Mais vous pouvez les rendre encore plus légers en choisissant des matériaux spécifiques, ou plutôt techniques.

Pour passer partout, être à utilisation multiple et vous suivre plusieurs mois, vous devez avoir des vêtements esthétiques mais de couleur neutre, résistants et à double ou triple emploi.

Quand j’étais en Australie, j’avais un short de plage et celui-ci me servait aussi bien à aller faire mes courses, que travailler, me baigner, faire du snorkeling, etc… Le pied !

Le short en question !!

 

Si vous arrivez à faire en sorte que tous vos vêtements soient au minimum à double emploi, vous verrez que votre checklist de valise se verra extrêmement diminuée ! Tout ce que vous avez prévu en double ou en triple se verra transformé en une pièce unique.

Miraculeusement, vous vous retrouverez a voyager avec très peu d’affaires.

Pour les rendre le plus léger possible, une marque souvent conseillée est Outlier. Design, simplicité, polyvalence, ultra léger, confortable, durable… Que du bon ! Mais malheureusement : on ne peut se les procurer que par internet, et il faut mettre le prix…

Pour les chaussures, une paire suffira ! Les plus polyvalentes possibles, avec lesquelles vous êtes capable de marcher plusieurs heures sans avoir mal au pied. Donc sûrement une paire de basket classique.

Si vous avez toujours peur de manquer de quelque chose, une astuce imparable pour en prendre le moins possible : Faites comme si vous partiez un simple weekend !

 

La trousse de toilette

Peu de temps avant que j’écrive cet article, j’ai vu la vidéo d’une demoiselle qui présentait la trousse de toilette de son sac qu’elle disait minimaliste. Sur 14 minutes, 9 minutes étaient consacrées au maquillage… Qui, bien sûr n’avait rien, mais alors rien, de minimaliste. J’ai franchement rigolé. Mais je vous comprends les filles, vous voulez être belles tout le temps.

Seulement, pour vraiment voyager léger et passer votre sac partout, il faudra impérativement oublier la moitié de vos produits ! Prenez en le minimum. Et surtout, si vous voulez passer en bagage à main pour l’avion, limitez les contenants à moins de 100 mL ! (c’est même 50 selon le pays où vous allez…).

Tout d’abord, oubliez le flacon de shampoing et le flacon de gel douche. Remplacez tout ça par un savon Dr Bronner. Il est facilement trouvable sur internet ! Il est bio, biodégradable, et non agressif pour la peau. Je m’en suis servi pendant 4 mois en Indonésie et Australie sans problème pour le cuir chevelu, les cheveux, ou la peau.

Sous forme solide, il ne pèse que 140 grammes ! Il peut durer jusqu’à un mois. Le petit plus ? Vous pourrez nettoyer vos vêtements à la main avec !

Oubliez également la grosse serviette de bain. Prenez une serviette microfribre ! Elle est très légère, ultra compacte une fois pliée et sèche super vite !!

Pour le reste, prenez le basique : dentifrice, brosse à dent, déodorant, peigne, tondeuse à barbe ou rasoir… Et les filles, minimum de matériel maquillage 😉 Si, si ! Vous le pouvez !

Ah oui, n’oubliez la petite trousse de survie avec les médicaments classiques, et les médicaments préconisés dans le pays où vous allez, du style antipaludique.

Ah ! J’oubliais ! Le savon du Dr Bronner est disponible à ces liens (dans les parfums les plus courants: amande, menthe, nature, orange) :

Le matériel connecté…

Je mets « … » car tout ça, c’est souvent lourd… Et encombrant ! Mais on en prend aussi souvent de trop ! Quand vous regardez vos appareils électroniques et la pile de vêtements que vous avez maintenant réussi à diminuer au maximum, vous comprendrez toute la difficulté…

Pas de panique. Tout est possible, tout est faisable ! Tout n’est que choix et compromis.

 

L’ordinateur

Si vous voulez partir avec un ordinateur, oubliez tout de suite votre 17″… Premièrement, vous allez en ***** pour le rentrer dans votre « petit » sac, mais en plus il sera impossible un fois terminé d’être sous la barre des 7 ou 8 kilos. Il ne faut pas oublier que dans l’histoire, chaque centaine de gramme est important.

Dirigez-vous vers les ordinateurs ultra-portables !

De mon coté, j’ai pris un ASUS X205T. Il pèse 1 kilo tout rond avec son câble de charge ! Son autonomie est de 12 heures en moyenne. J’ai déjà tenu une charge pendant 16 heures !! Le pied… En plus, il est très peu cher (je l’ai payé 220 Euros neuf en magasin).

Bien sûr, si vous faites du montage vidéo, ou de la retouche photo, ça va ramer un peu… Et prévoyez une Micro SD pour augmenter la mémoire qui n’est que de 32 Go de base.

Il a été très récemment remplacé par le E200HA, mais vaut toujours le même prix !

 

N’oubliez pas non plus un disque dur externe pour faire des sauvegardes multiples ! Je l’ai appris à mes dépends en arrivant à Bali : cela arrive rarement, mais la carte SD de ma GoPro avait cramé après le passage aux rayons X à l’aéroport…

 

La photo, les vidéos

Vous prendrez forcément de quoi capturer les meilleurs moments de votre voyage. Le mieux mais le moins performant : le Smartphone.

Vous pouvez aussi prendre un appareil photo compact qui est toujours très léger et très peu encombrant. Les amateurs de belles photos prendront sûrement un hybride ou un réflex qui ont tout deux des objectifs interchangeables. Évitez d’avoir 40 objectifs ! Pour le poids, privilégiez les systèmes Mirrorless, bien plus légers !

J’ai depuis 2013 un hybride Sony Alpha 3000 qui est très léger et suffisamment solide (malgré un boîtier en plastique) pour être promené dans un sac à dos. Je pars avec un objectif 16mm et un 18-55.

Pour mes prochains voyages, ce devrait être un 10-18 et un 18-105, qui seront plus adaptés aux style de photo que j’aime faire. Mon appareil et le 18-55, pèse seulement environ 700 grammes, avec batterie et carte SD montée !

J’ai toujours plaind les possesseurs de Nikon ou de Canon qui pèsent une tonne ! J’en connais pas mal aussi qui se mettent à prendre des appareils compact experts, un mélange de hybride, de reflex, et de compact dans le même appareil.

Si vous allez faire de la plongée ou autre activité nautique, une petite GoPro (ou concurrent 😉 ) sera un bon complément. C’est petit et léger de base !

Un ordinateur portable et de quoi capturer les souvenirs, c’est tout ce qu’il vous faut !

 

A faire exprès d’oublier !

En numéro un, oubliez vos guides de voyage !! Lourds et encombrants… Oubliez tout ce qui est carte routière aussi. En plus, vous avez moyen parfois de les télécharger au format PDF sur internet. Sur place, vous pouvez aussi utiliser la connexion WiFi pour revoir vos trajets, activités, hôtels etc.

Mon astuce : avant de partir, notez sur un traitement de texte tout ce que vous avez vu d’important et d’intéressent dans vos guides. Puis envoyez-vous le fichier par mail en PDF. Encore mieux, car ne nécessitant pas de connexion internet : prenez les pages importantes et ce qui vous intéresse dans votre guide en photo !

Oubliez tout ce qui est lourd, tout ce qui est encombrant, tout ce qui fait emploi double !

 

Mon sac à la fin de mon périple Australie/Singapour/Indonésie

Pourquoi à la fin ? Parce que, en tant que première expérience en voyage sac à dos léger, j’avais tout de même pris des choses en trop, alors que je n’avais pourtant pas grand chose. Eh oui…! Voici donc ma liste après tout le tri de fait :

Le sac à dos :

  • Le Quechua Forclaz dont je parlais

Les vêtements :

  • 2 t-shirt
  • 2 chemises
  • 1 k-way fin en cas de pluie (surtout en randonnée)
  • 1 pantalon de randonnée qui se transforme en short
  • 1 short de plage
  • 2 sous-vêtements
  • 1 paire de chaussettes (que je lavais tous les jours à la main)
  • 1 paire de tong
  • 1 paire de basket

Trousse de toilette :

  • 1 savon solide Dr Bronner
  • 1 serviette microfibre
  • 1 petite trousse de survie (mals de tête, maux de ventre, coupures, etc…)
  • 1 dentifrice 50mL
  • 1 brosse à dent
  • 1 déodorant 50mL
  • 1 tondeuse à barbe
  • 1 coupe-ongle
  • 1 crème solaire 50 mL
  • 1 sac plastique pour tout mettre dedans (bien plus léger qu’une trousse)

Appareils électriques :

  • 1 smartphone
  • 1 ordinateur ultra-portable
  • 1 hybride Sony
  • 1 GoPro
  • 1 disque dur externe pour ne rien perdre au cas ou !
  • 1 adaptateur secteur
  • Des batteries de rechange
  • Les câble pour recharger le tout

Accessoires :

  • 1 paire de lunettes de soleil
  • 1 casquette
  • 1 paire de bouchons d’oreilles pour dormir tranquillement (vive les dortoirs 😉 )
  • 1 lampe de poche et ses piles (la nuit dans les rues en Indonésie… 😉 )
  • 1 lampe frontale et ses piles (randonnée)
  • 1 protection pluie pour le sac à dos
  • Mes papiers et leurs photocopies !

 

J’ai tenu 4 mois avec ça sans un seul soucis ! J’aurais même pu tenir un an, c’est pour dire.

Le seul et unique défaut du sac à dos léger est pour moi le fait qu’il faudra souvent laver vos affaires, étant donné que vous aurez peu de rechange. Cela induit aussi d’en prendre soin et de faire attention par exemple quand vous mangez (tâches de sauce… 😉 ).

Pour tout le reste, c’est que du bonheur ! Cela augmente encore plus votre liberté en voyage !

Si votre sac pèse plus que le poids impartis pour le passer en bagage à main dans l’avion, voici l’astuce : empilez un maximum de couches de vêtements sur vous ! Si vous le pouvez, mettez les batteries de rechange de vos appareils électriques, votre téléphone dans vos poches. Mettez votre casquette ou chapeau et vos lunettes de soleil sur votre tête…

Vous pouvez économisez 1 à 2 kilos avec cette technique, juste pour le temps de la pesée !

 

J’espère que cet article vous aura aidé !

Et vous ? Vous avez déjà voyagé en sac à dos ?

Quelle a été votre expérience ?

Quelles sont vos astuces ?

 

(NOTE : les liens sont affiliés avec Amazon.fr. Je touche une petite commission si vous achetez ces produits depuis mon blog. Cela permet de m’aider à faire vivre le blog et de vous apporter toujours plus de contenu de qualité ! Je vous en remercie 🙂 ).

Aymeric LECOSSOIS
Qui suis-je ?

Pourquoi voyager ne coûte pas cher ? Définir son budget voyage et le réduire !

Beaucoup de personnes pensent que voyager coûte très cher.

Un des soucis premiers, c’est le manque d’argent.

J’ai traversé le Canada, traversé les USA. J’ai passé 3 mois en Australie, 1 mois à Bali… Et j’ai souvent entendu cette remarque ou vu ce malaise ou ce regard qui disait clairement : « Tu dois être riche pour faire tout ça », ou encore « Je ne peux pas me le permettre, je n’ai pas d’argent ».

Dans la réalité, il est possible de voyager, que l’on ait un budget de 50 Euros par jour, tout comme 5.000 Euros par jour.

Dans mes voyages, j’ai pu rencontrer des dizaines de personnes qui partent pendant des semaines, des mois, même des années, et qui n’ont pas tant d’argent que ça. Certains et certaines ont même encore moins que moi qui me considère déjà comme un voyageur plutôt économe. On ne se rend pas compte à quel point ces voyageurs sont nombreux !

 

Voyager ne coûte pas cher !

La différence entre ces 2 budgets (50 ou 5.000 Euros par jour, par exemple), ce sera la manière avec laquelle la personne voyagera. Il faut impérativement adapter sa vie en voyage à son budget.

Il faut connaître les manières de dépenser moins d’argent en voyageant et les appliquer.

Il faut connaître les manières de mieux économiser ses sous avant de partir et les appliquer.

Cela se fait en échangeant avec des personnes qui sont dans ce cas de figure, tout comme en faisant des recherches sur l’Internet. Ces techniques et connaissances sont incroyablement nombreuses !

Après près de 2 ans à me renseigner et a appliquer, j’en connais déjà plein. Mais je ne sais pas encore tout !

J’aime prendre l’exemple des personnes qui font un tour du Monde sur un an. C’est l’exemple parfait car il y a absolument tous les budgets ! Ça va de 5.000 Euros à 25.000 Euros et plus encore ! La différence est tout simplement les pays que ces gens ont choisi de visiter mais aussi la façon dont ils ont vécu pendant leur voyage.

Quand on est dans sa routine, dans sa vie de tous les jours, on ne s’en rend pas compte. Mais il est définitivement possible de voyager pas cher. Il est aussi possible de faire un tour du Monde encore moins cher que cité au-dessus.

Il faut s’attarder sur 3 points pour les dépenses en voyage : le transport, le logement et la nourriture. Ce sont les 3 dépenses les plus grosses que vous aurez à faire. Si vous arrivez à réduire chacune de ces dépenses, c’est le jackpot !

Aussi, remettons-nous dans le contexte ! Imaginez-vous au début de l’explosion de l’aviation civile, quand les billets d’avions coûtaient tellement chers que seules les classes riches pouvaient se le permettre…

Hommes d’affaire devant un avion civil, années 60.

 

De nos jours, il est de plus en plus facile et peu cher de voyager, même si le coût de la vie augmente partout dans le monde. Les moyens de transport sont de plus en plus nombreux, sécuritaires et efficaces. Il en est de même pour les hébergements qui augmentent en quantité à mesure que le tourisme se développe. La concurrence entres les compagnies et entreprises baisse les prix.

Internet a rendu le Monde accessible en un clic !

Il suffit de chercher, et toutes les réponses vous tomberont sous le nez.

Oui, j’ai bien dit « tomberons sous le nez » !

Vive internet.

Donc renseignez-vous, notez toutes ces techniques et essayez-les, testez-les, en commençant par faire de petits voyages pas trop loin de chez vous ou tout du moins facilement accessible, histoire de vous rassurer. De cette manière, vous pourrez vous rendre compte par vous-même que c’est aussi simple, peu cher et efficace qu’on le dit !

 

Deux techniques pour définir le budget de votre voyage

#1 Vous avez déjà un voyage prédéfini dans votre tête.

Vous savez où vous voulez aller, ce que vous voulez faire, de quelle manière vous allez vous déplacer, dans quel type de logement vous allez dormir… Vous allez donc pouvoir détailler le budget complet que vous allez avoir besoin pour réaliser votre voyage.

Pour vous rapprocher encore plus de la réalité, vous pouvez mettre une marge de 10 à 20% sur vos dépenses totales estimées. C’est ce que je fais tout le temps, et il est assez vrai que pour parer aux imprévus, ces chiffres sont relativement corrects.

Vous verrez que si vous intégrez toutes les techniques et recherches que vous avez faites pour économiser de l’argent en voyage, l’addition se verra grandement diminuée !

Car vous pouvez loger gratuitement de pleins de manières différentes. Vous pouvez réduire vos frais d’avion de pleins de manières différentes. Vous pouvez manger moins cher sur place avec la street food ou en faisant vous-même à manger plutôt que d’aller dans les restos et j’en passe et des meilleures.

Un exemple de street food à Singapour. Voilà ce que vous aurez à manger pour 10$SGP, soit 6.60E ! (taux de change Octobre 2016).

 

Bien sûr, ce sont des choix à faire.

Il est largement possible de voyager pas cher, mais vous devrez vous adapter. Encore une fois, faites des recherches, testez, apprenez, appliquez.

On ne peut pas voyager moins cher en continuant de manger dans des restaurants deux fois par jour ou en continuant de prendre la compagnie Air France parce que vous l’aimez bien. Il faudra aussi réduire un peu vos conforts. Mais cela vous apportera une expérience différente et des souvenirs biens meilleurs.

 

#2 Se fixer une somme dès le départ.

Il peut aussi y avoir une autre manière de penser, tout à fait à l’inverse. C’est à dire que vous partez directement avec une somme que vous vous mettez à disposition.

Par exemple, vous vous donnez un maximum de 1.000 Euros. Regardez ce qu’il est possible de faire avec ces 1.000 Euros. Vous pouvez aussi vous définir une somme inférieure à votre budget total que vous vous fixez.

C’est ce que j’ai fait quand j’ai traversé le Canada en roadtrip en solo lorsque j’étais expatrié au Québec. Je me suis simplement fixé un but.

J’avais plus d’un an d’économies à disposition (d’un salaire québécois en plus !) mais je ne voulais pas tout dépenser d’un coup. Je voulais au contraire voyager le plus loin possible, le plus longtemps possible, avec une somme d’argent que je m’étais moi-même déterminé. Je me suis dit: « Voyage le moins cher que tu le peux, mais n’oublie pas les plaisirs de temps en temps ».

Cela m’a obligé à voyager moins cher et a tester des techniques que je ne connaissais pas pour économiser de l’argent en voyage.

J’ai par exemple utilisé le réseau Couchsurfing pour me loger. J’ai aussi dormi dans ma voiture, avec un simple sac de couchage. Ce fût « rustique » mais l’expérience est tellement géniale que je la reproduis dès que je le peux ! Sur la route, j’ai ménagé ma voiture en roulant d’une manière économique, sans à-coups et sans brusqueries, ceci permettant de consommer moins d’essence.

Résultat ?

J’ai fait un peu plus de 8.000 kilomètres en 3 semaines, de Montréal à Vancouver, pour un total d’environ 1.400$CAD (environ 1.000 Euros), tout compris. Et pourtant, je me suis fait plaisir !

Pour le logement, j’ai économisé 21 nuits d’hôtel… Soit environ 1700$CAD si je prends une moyenne de 80$CAD la nuit en hôtel ou motel !!

Je répète que le coût total de ce voyage a été de 1.400$CAD…

Vous voyez ce que je veux dire…

Garé devant le lac Wawa, Ontario, Canada. Il est l’heure d’aller se mettre dans le sac de couchage après un somptueux couché de soleil !

 

En plus, j’ai pu ensuite traverser les USA, revenir en France, repartir 1 mois en Indonésie, 3 mois en Australie, 1 semaine à Singapour et encore revenir en France…

…Avec ces mêmes économies !!

Cela m’a finalement prouvé que OUI, il est possible de voyager pas cher.

Se le prouver soi-même est la meilleure des façons de le comprendre et de l’intégrer !

J’aurais dailleurs pu en faire encore plus et encore plus longtemps. Car en rencontrant les autres voyageurs et en échangeant avec eux, on apprend encore d’autres techniques que l’on ne savait encore pas !

Alors, je me disais « merde »… Mais ce sera pour la prochaine fois !

 

Attention aux destinations que vous choisissez !

Voyager au Canada ou au Cambodge ne vous coûtera pas le même prix journalier ou mensuel !

Si vous voulez voyager longtemps ou si vous avez un petit budget, privilégiez les pays où le coût de la vie est plus bas que dans le votre. Bon nombre des voyageurs au long court se fixent une somme mensuelle à ne pas dépasser. À moins que vous puissiez travailler dans le pays que vous visez.

Par exemple, 7 jours à Singapour, en faisant des visites, en prenant le métro, en logeant dans une petit auberge de jeunesse dans le quartier chinois et en mangeant de la street food : cela m’a coûté 260 Euros. Soit environ 1.000 Euros pour 1 mois. C’est un pays cher. Mais j’ai eu un bon plan logement avec la semaine d’hébergement à 95 Euros seulement !

Bon, c’était spécial, les murs des chambres étaient des rideaux!! Mais au moins, cela satisfaisait mon petit budget et me permettait de visiter la ville pendant une semaine au lieu de carrément ne pas y mettre les pieds !

Sur la photo à gauche, on voit le couloir de l’auberge et 2 des 4 chambres de 6 lits séparées par des rideaux. Derrière moi, une petite cuisine juste assez grande pour 2 et 2 salles de bain et toilettes.

Original et forçant le rapprochement entre les voyageurs !

Bref, je ne l’ai aucunement regretté.

Comparons avec un de mes séjours à Bali : 18 jours en logeant chez l’habitant, en me déplaçant tous les 2 jours en bus et en faisant des activités comme le Mont Batur ou un chauffeur à la journée pour visiter le centre de l’île et en mangeant soit dans de petits restos ou en allant au supermarché ou superette : 420 Euros. Soit 700 Euros par mois, en bougeant tout le temps et en faisant des activités assez chères pour un pays pauvre.

Si je ne m’étais pas déplacé tant que ça, si je n’avais pas fait certaines activités, bref si j’avais pris le même rythme qu’à Singapour cela m’aurait coûté moitié moins cher !

Donc ne vous arrêtez pas au prix du billet d’avion ! Intéressez-vous surtout aux dépenses sur place.

 

Il est possible de voyager avec n’importe quel budget !

De toutes les manières, que vous ayez 200 Euros, 2.000 Euros ou 20.000 Euros, il est possible de voyager.

Il faut d’abord avoir l’envie, le projet. Il faut aussi s’adapter à cette somme que vous possédez. C’est la clé.

Vous pouvez faire du stop pour ne pas payer de transport, vous pouvez vous loger chez l’habitant via Couchsurfing pour ne pas payer de logement, vous pouvez faire à manger vous-même pour réduire vos frais de nourriture drastiquement…

Vous pouvez aussi faire du HelpX, du Woofing, du WorkAway, utiliser Couchsurfing. Ce sont autant de moyens de se loger, voire même aussi de se nourrir gratuitement en l’échange d’un peu de travail pour certain, d’un simple sourire et conversation pour d’autres.

Vous pouvez même travailler à l’étranger avec certains visas disponibles dans certains pays ! Si vous avez moins de 31 ans, pensez aux PVT (Permis Vacances Travail) qui sont disponible dans bon nombre de pays !

Ce ne sont que des exemples qui font que vous n’êtes pas obligé d’être riche pour voyager, mais que pour le faire, vous devrez faire quelques sacrifices.

 

Conclusion

En conclusion, il ne faut jamais oublier que tout est possible !

Les seules limites que vous avez sont celles que vous vous fixez !

Renseignez-vous, testez, apprenez, faites-vous votre propre avis par vous-même, appliquez.

Il y’a des gens qui partent en voyage avec 100 Euros. Il y’a des gens qui arrivent à voyager des mois et des mois avec un tout petit budget.

Comment font-ils ?

Ils ont les connaissances, ils les appliquent, et ils sont débrouillards !

Je tends moi-même de plus en plus à voyager sur le mode « minimaliste ». Minimaliste dans les affaires que j’emmène avec moi. Minimaliste dans mon budget. Cela est très intéressant car ça vous oblige à retourner aux sources, à vous éloigner du monde de la consommation.

Quand vous revenez à votre vie normale, vous comprendrez alors ce que l’argent est réellement. Vous comprendrez sa valeur réelle. Parce que vous aurez souvent galéré sans.

Donc je dis stop aux préjugés et aux réactions non fondées !

Voyager, c’est simple et ça ne coûte pas cher !

 

Aymeric LECOSSOIS – Pictures From The World
Qui suis-je?