Archives par mot-clé : photographie

Comment prendre de belles photos de voyage ?

Rien de plus facile aujourd’hui que de prendre des photos de voyage. Il est tout aussi facile de les partager. Mais est-il facile de prendre de belles photos de voyage ? Je dirais que oui et non.

Si le paysage est photogénique, pas vraiment besoin de se prendre la tête pour y arriver. Mais si le climat est turbulent, la lumière blafarde ou si ce que vous avez devant vous ne dégage rien de vraiment passionnant, c’est beaucoup plus compliqué !

Dans cet article, je vous partage mes meilleurs conseils pour prendre vos meilleures photos de voyage.

 

La photo n’est pas qu’une question de matériel

Ce n’est pas le vélo qui fait le cycliste, dit-on. Eh bien c’est pareil en photo : ce n’est pas l’appareil qui fait le photographe. Combien de personnes ont du matériel dernier cri à plusieurs milliers d’Euros, pensant qu’ils feront de belles photos ?

Je suis de ceux qui pensent que la photo n’est pas une question de matériel mais une question de perception visuelle : « avoir l’œil ». Enfin, du mieux que l’on peut. Tout comme l’appareil photo parfait n’existe pas, l’œil parfait n’existe pas non plus.

Téléphone portable, tablette, compact, hybride, reflex… Tant que vous avez un capteur (ou une pellicule pour les fans d’argentique) réceptionnant la lumière à travers l’objectif, vous pouvez prendre de belles photos. Le type d’appareil ne dépend que de vos besoins (ou de ce que vous avez sous la main), car chacun a ses avantages et inconvénients.

 

Inspirez-vous

Si il y a bien une chose qui vient rarement d’elle-même, c’est l’inspiration. C’est ce qui vous permettra d’être créatif, et de démarquer vos photos personnelles de celles de milliers de touristes.

Pour cela, rien de mieux que de suivre d’autres photographes sur les réseaux sociaux, de feuilleter des livres photo ou des magazines, d’aller voir des expositions. Vos yeux doivent faire une overdose d’images de tous types. Cela vous donnera des idées en masse et ouvrira votre esprit concernant les possibilités qu’il existe pour une même photo.

Parmi mes photographes préférés : le russe Daniel Kordan, l’australienne Louise Denton que j’ai pu rencontrer personnellement lorsque j’étais à Darwin. Je vous invite à jeter un oeil sur le site internet de Daniel, et sur la page Flickr de Louise.

Daniel Kordan

 

Connaissez les bases… Et votre matériel !

Qu’est-ce que le temps d’exposition, l’ouverture, les ISO, la mise au point ? À quoi ça sert ? Comment ça marche ?Qu’est ce que ça fait si on les modifie ? Soyez curieux. Triturez votre appareil photo dans tous les sens. Testez tous les modes. Lisez votre manuel.

Fouillez sur l’Internet (Google est ton meilleur ami!) à la recherche de conseils et astuces en photographie. Mieux encore, suivez des formations. Cela peut être un réel tremplin pour vous.

 

Cadrez et composez correctement vos photos

Encore un peu de technique ici ! La règle des tiers, premier plan/arrière plan, lignes de fuite, symétrie, équilibre… Encore de nombreux éléments qu’il est bon de connaître afin de bien cadrer et composer une photo. Tout doit être lié, et le sujet que vous voulez principalement montrer doit être mis en valeur le plus possible.

Attention cependant à ne pas être trop rigide, car cela pourrait brider votre créativité. Restez dans l’originalité. Parfois, une photo est meilleure lorsque toutes ces règles ne sont pas respectées, tout comme parfois, une photo floue est meilleure qu’une photo nette.

Le cadrage et la composition, ce n’est pas toujours simple, mais c’est très important. C’est personnellement là où j’ai le plus de mal. Cela ajoute réellement une énorme valeur à votre photo. C’est ce qui fait la différence entre une photo « plate », et une photo qui « raconte » et qui captive le regard.

Posez-vous surtout les questions suivantes : que voulez-vous raconter dans votre photo ? Que voulez-vous mettre en valeur ?

Lac des Corbeaux, Vosges, France

 

Photographiez aux meilleurs moments de la journée

Pas de photo sans lumière. Pas de belle photo sans belle lumière. L’éclairage est aussi important que le cadrage et la composition.

Les plus belles lumières sont celles du matin et du soir. Les fameuses « golden hour » et « blue hour ». Vos photos seront plus douces et plus colorées de façon naturelle à ces moments de la journée. Elles seront aussi bien plus percutantes et donneront un côté encore plus unique à votre image.

Cela ne veut pas dire qu’il faut seulement prendre des photos le matin et le soir. Il faut juste choisir le type de photo que l’on veut faire intelligemment en fonction de la lumière et de l’heure de la journée.

Astuce si il fait très gris et/ou qu’il pleut : passez au noir et blanc !

Le lac de Gérardmer sous la brume, un matin d’hiver.

 

Ne pas utiliser le mode automatique

Le plus simple n’est pas toujours le meilleur. J’ai très longtemps été un adepte du mode automatique. Ben oui, on se prend pas la tête ! Mais c’est aussi ne pas contrôler ce que l’on veut vraiment faire.

En 2015, j’ai fait un roadtrip de 16.000 kilomètres sur un mois et demi en alliant Canada et Etats-Unis. Pendant tout ce voyage dans des paysages magnifiques, je n’ai utilisé que le mode automatique. Quand je revois mes photos aujourd’hui, je me dis qu’il faut que j’y retourne pour les refaire !

Ne plus utiliser le mode automatique ne veut pas forcément dire utiliser le mode manuel. Le mode manuel et bien pour des cas précis. comme la photographie de nuit. Sinon, il y a les modes semi-automatiques : priorité ouverture ou priorité vitesse. Pour savoir ce que c’est et les maîtriser correctement je vous renvoie à la partie « connaître les bases ».

Manuel, ouverture, vitesse, c’est le choix de chacun. J’utilise personnellement le mode priorité ouverture. Un peu de pratique, et vous trouverez ça aussi facile que le mode automatique. Sauf que cette fois, vous aurez plus de contrôle sur ce que vous faites, et arriverez donc plus facilement au résultat que vous voulez.

Coucher de soleil sur l’archipel des Whitsunday Islands, Australie

 

Prenez votre temps

Voilà encore un conseil des plus judicieux. Avec tous les autres conseils que je vous ai déjà donné, vous comprendrez que faire une belle photo n’est pas simplement appuyer sur le déclencheur « à l’arrache ». Il faut prendre son temps.

Il faut prendre son temps pour tout et penser à tout. Car c’est le petit détail en plus dans le cadre qui fera que votre photo sera extraordinaire.

Si je prends en exemple une photo de paysage, si vous avez déjà repéré préalablement votre « spot photo », arrivez en avance. Préparez vous, attendez la meilleure lumière et le meilleur moment., concentrez-vous. Réfléchissez à ce que vous faites, à ce que vous voulez faire, à ce que vous voulez montrer.

Maintenant, vous pouvez appuyer sur le déclencheur. Faites deux ou trois photos, changez un peu d’angle. Vous pourrez ensuite trier les meilleurs clichés sur votre ordinateur.

Coureur matinal dans le quartier de Dumbo, Brooklyn, New York.

Pratiquez

La photo, c’est comme tout. On ne devient pas une star en un jour. « Il faut une heure pour apprendre la photo, et 10 ans pour la maîtriser », dit l’adage. C’est bien vrai.

Dans la réalité, il n’y a rien de bien compliqué. Mais faire des photos extraordinaires comme on va chercher sa baguette de pain et trouver son propre style prend beaucoup, beaucoup de temps.

Comme dans tout, pour aller loin, il faut pratiquer, pratiquer, pratiquer, et encore pratiquer !

Ayez toujours votre appareil sur vous, entraînez-vous, et n’arrêtez jamais d’apprendre !

 

En espérant que tout cela vous aidera à faire de plus belles photos de voyage!

 

Aymeric LECOSSOIS – Pictures From The World
Qui suis-je ?

Astuce Photo #1 : Avoir un fond noir… sans fond noir !

Avez-vous déjà vu ces photos de studio sur fond noir ? Plutôt pas mal non ?

Cela pourrait être sympa pour de la photo de portrait en voyage, ou pour créer un simple effet de style à une photo, ou encore pour accentuer un élément particulier dans une photo. On peut aussi utiliser la technique en « mode Macro », comme pour prendre en photo des insectes, des fleurs, ou de petits détails.

Oui, d’accord. Mais il faut se traîner la toile de fond noire dans son sac ou sa valise tout le temps ! L’installer, la désinstaller…

Saviez-vous que vous pouvez faire un fond noir sans avoir un fond noir ?

J’aime beaucoup le basket, et je suis régulièrement la NBA, la ligue de basket américaine. Dans les photos des matchs, on voit parfois les joueurs en pleine action, isolés dans un fond complètement noir. Impossible que ce soit une photo de studio ! Mais alors, comment est-ce possible ? Est-ce un trucage ? Est-ce une retouche sous Photoshop ou sur un autre type de logiciel ?

Cette photo a été prise en plein match dans une salle éclairée comme si il faisait jour. Pourtant, le fond est totalement noir ! Source : ibtimes.com

 

Je me suis donc renseigné sur la question. Et c’est comme cela que j’ai compris que oui, c’est possible ! Sans trucage et sans retouche !

Bien évidemment, tout n’est pas rose. Comme souvent : c’est sous certaines conditions. Mais c’est réalisable dans la plupart des cas.

Je vais donc vous partager ce que j’ai appris ! Voyons sous quelles conditions et avec quels réglages d’appareil photo vous pouvez réaliser un fond noir sans aucun matériel !

 

Facilité de réglage : Facile
Facilité de réalisation : Moyenne
Connaissance de votre appareil photo : Bonne

 

Quel équipement avoir ?

Déjà, vous pouvez laisser tomber l’appareil photo de votre téléphone portable. Il vous faut un flash intégré assez puissant, ou un flash externe. Si vous avez un appareil photo de type compact « normal » (non expert), le flash peut être encore un peu trop faible… Mais ça ne vous coûtera rien d’essayer quand même !

Il vous faut aussi disposer d’un mode « M » (Manuel). Vous devez pouvoir régler manuellement vos ISO, votre vitesse d’obturation et votre ouverture de diaphragme.

Vous devrez régler précisément la vitesse d’obturation avec la vitesse de votre flash. On appel ça la vitesse de synchronisation du flash. Vous la trouverez dans le manuel de votre appareil photo !

Voici donc la liste des paramètres à avoir pour réaliser une photo de ce type :

  • Un flash intégré, ou un flash « cobra », ou un (ou plusieurs) flash externe.
  • La vitesse de synchronisation de votre flash.
  • Un mode Manuel.

À gauche, un flash « Cobra », À droite, un flash intégré.

 

Comment régler son appareil ?

Les étapes sont très simples, car il n’y en a que 2 !

  1. Régler votre appareil avec le flash désactivé pour obtenir une photo complètement noire.
  2. Éclairer votre sujet avec le flash, avec l’aide de la vitesse de synchronisation du flash.

Aussi simple que cela !

Laissez-moi vous donner quelques détails qui permettront tout de même une meilleure compréhension.

 

1 – Régler son appareil.

Sélectionnez le mode Manuel.

Désactivez votre flash.

Réglez vos ISO. Mettez l’ISO le plus petit possible de votre appareil photo. Sur mon Sony, c’est un ISO de 100. Certains appareils très performants descendent à 50.

Réglez la vitesse d’obturation : mettez tout simplement la vitesse de synchronisation du flash de votre appareil. Pour mon Sony Alpha 3000, elle est de 1/160. Les appareils les plus rapides peuvent monter à 1/350.

Cadrez votre sujet.

Réglez votre diaphragme (f). Démarrez à l’ouverture maximale de votre objectif, c’est à dire au chiffre le plus petit, comme f2.8 ou encore f4.5. Puis diminuez votre ouverture petit à petit jusqu’à que votre photo soit complètement noire. Un noir complet où vous ne pouvez rien distinguer, pas de la pénombre.

 

2 – Éclairez votre sujet avec le flash.

Activez votre flash. Si vous pouvez le régler en puissance, n’hésitez pas à le mettre à fond, surtout si c’est un petit flash intégré à l’appareil.

Prenez votre photo comme vous l’avez cadrée lorsque vous avez fait votre réglage de diaphragme.

Si besoin, ajustez vos réglages ou faites d’autres tests de cadrage pour obtenir ce que vous voulez.

 

Voici quelques essais que j’ai fait sur des fleurs (ou mauvaises herbes, dites moi tout les spécialistes !) dans le bois près de chez moi :

Avant …

Après ! (aucune retouche)

 

Bien sûr, il n’est pas interdit de retoucher un peu votre photo sous logiciel. N’oublions pas que faire de la retouche photo de nos jours, c’est comme développer une pellicule à l’époque ! Il ne faut juste pas trop en abuser.

Si vous n’arrivez pas à vos fins, si le fond n’est toujours pas noir après plusieurs essais ou que tout autre problème apparaît, lisez la suite. Cela peut être normal car, comme je le disais en introduction, il y a quelques conditions à respecter.

 

Dans quel environnement est-ce réalisable ?

Vous pouvez le réaliser absolument partout, aussi bien en extérieur qu’en intérieur. Cependant, c’est ici que les limites vont arriver. La limite est surtout d’ordre technique, donc impossible de jouer dessus.

Tout dépendra de la luminosité qu’il y aura à l’endroit où vous prendrez votre photo. Plus il y aura de lumière ambiante, et plus votre flash devra être puissant.

Par exemple, si vous êtes en plein milieu du désert sous un soleil de plomb, ce sera toujours possible si vous avez du gros matériel. Mais vous allez galérer tout ce que vous pouvez si vous n’avez pas ce matériel !

 

Si vous êtes en intérieur, évitez tout ce qui fait « rebondir » la lumière comme les murs blancs, comme des vitres ou pire, des miroirs.

Il faut privilégier absolument les endroits ombragés, ou en lumière faible, comme au petit matin, au coucher du soleil. ou quand le ciel est chargé de nuages. C’est une première contrainte, mais cela règlera grandement le défaut du manque de puissance de votre flash.

 

Une autre limite technique est celle de l’ouverture du diaphragme. Elle est en rapport direct avec la luminosité de la scène que vous voulez prendre en photo. On l’a vu, il faut d’abord fermer votre diaphragme pour obtenir une photo totalement noire. Mais vous ne pouvez pas fermer ce diaphragme à l’infini !

Si lors du réglage de votre diaphragme, vous tombez sur des focales entre 9 et 14, c’est que vous avez la bonne luminosité ambiante ! Ça n’interdit bien évidemment pas d’être à 4.5 ou à 22.

 

L’autre problème est dans le cadrage de votre photo. En effet, il faudra généralement vous approcher suffisamment près de votre sujet pour que votre flash l’éclaire suffisamment bien. Plus votre flash sera faible, et plus vous devrez vous rapprocher de votre sujet. Il faudra donc que votre sujet soit dégagé dans l’espace, et au moins que l’arrière plan soit le plus loin possible de votre sujet.

Le but est de délimiter parfaitement votre sujet dans un fond complètement noir. Si vous ne suivez pas cette règle, vous pourriez vous retrouver avec des éléments éclairés par votre flash dans votre arrière plan que vous ne voulez pas.

 

Voilà !

Il ne reste plus qu’à vous entraîner pour parfaire cette technique, vous-même et avec vos propres expériences !

Bonne balade photo !

 

Aymeric LECOSSOIS – Pictures From The World
Qui suis-je ?