Archives par mot-clé : rocheuses canadiennes

Canada #1 : L’incroyable Joffre Lakes Provincial Park

Il ne faut surtout pas rater l’unique panneau de l’entrée du parc sur la Duffey Lake Road (Route 99) ! Je le dit parce que c’est bien ce qui a faillit m’arriver !

Assez surprenant même, le parking est juste en contrebas de la route, pas besoin de s’éloigner de plusieurs dizaines de kilomètres de la route principale comme c’est souvent le cas dans les Rocheuses.

Je vais vivre dans ce parc une expérience que je considère unique et qui mérite sa petite histoire.

 

Ma nuit précédente avait été assez mouvementée ! Perdu dans l’infinie et splendide nature Canadienne, je n’avait pas d’autre choix que de dormir à l’arrache dans ma voiture, en banlieue de la ville de Kamloops. Le thermomètre était descendu à 3 degrés, me réveillant à 4 heures du matin. On est début Octobre, mais les nuits commencent déjà a se faire fraîches.

J’avoue que mon sac de couchage était un peu léger et penser que dormir habillé avec un manteau d’hiver, des moufles aux mains, une écharpe au cou, un bonnet visé sur la tête et les chaussures au pied n’est pas toujours si efficace quand on ne bouge pas pendant quelques heures.

Je notais dans mon carnet de bord « Le problème est surtout le nez ». Car, oui, je n’avais froid que au nez ! Il a fallu que je redémarre la voiture pour avoir du chauffage, le temps de faire une heure de route en plus et de m’arrêter à nouveau à une station service déjà ouverte pour faire le plein mais également pour y finir ma nuit, toujours dans ma voiture, derrière le bâtiment de la station, accompagné de quelques camionneurs.

Cependant, cette première expérience du froid au nez me fera trouver une solution facile pour les autres fois : au lieu de retrousser le bonnet sur ses bords, je les laisserai tomber jusque sur le dessus du nez. Une idée bête mais efficace puisque je ne me suis plus jamais retrouvé le nez congelé à 4 heures du matin !

Bref ! Fermons la parenthèse !

Avec ces petits imprévus, les heures de route et les nuits en voiture ou chez des Couchsurfers accumulées depuis un peu plus de 2 semaines, j’étais assez crevé. En somme, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. C’était sans compter mon arrivée au Joffre Lakes Provincial Park…

Le Lower Joffre Lake, accessible en 15 minutes de marche depuis le parking.

 

Au départ, je voulais juste voir le lac inférieur, nommé Lower Joffre Lake (photo ci-dessus). J’avais perdu ma motivation avec la fatigue !

Arrivé face à ce premier lac, je tombe nez à nez avec une petite équipe de tournage de 2 personnes qui filmaient un documentaire sur la faune du parc. Ils attendaient que les oiseaux survolent le lac au ras pour les filmer.

Je discute un peu avec eux, je prends mes photos puis je leur dit que je continue ma route en direction de Vancouver, ce à quoi ils me répondent : « Il faut absolument que tu montes jusqu’au Upper Lake ! Ça monte pendant 5 kilomètres mais tu vas pas le regretter. Franchement, c’est la plus belle randonnée qu’on a jamais faite dans les Rocheuses, les points de vue sont superbes… ». Ils n’ont pas manquer d’argument ces deux là !

Du coup, le moral remonté à 300%, je les remercie et je fonce au parking afin de m’équiper pour la montée ! Et puis, on va pas se mentir, la simple vue du Lower Joffre Lake m’a aussi mis l’eau à la bouche par sa beauté… Je suis curieux de voir la suite.

Sur les conseils des deux caméramen, j’attaque avec enthousiasme la montée… Qui monte fort ! Mais la beauté de la nature rend l’effort fourni au centuple.

Tout d’abord, on traverse une forêt vierge aux grands arbres et au sol tapi de mousse verte fluo qui s’ouvre sur un panorama permettant de voir la forêt s’étendre dans la vallée jusqu’au Mount Chief Pascal. On peut aussi voir un bout du Lower Joffre Lake. Déjà franchement sympa, mais plus les kilomètres de marche s’accumulent et plus on s’approche du Paradis !

Arrivé au Middle Joffre Lake, on découvre avec surprise une couleur d’eau que je n’ai jamais vue, totalement irréel ! Une eau qui paraissait comme solide, la transparence y avait disparue! Les gens de Parc Canada ont en plus eu la merveilleuse idée d’installer des bancs en bois visiblement faits à partir de troncs d’arbres récupérés dans le coin, histoire de prendre une pause au pied du lac.

Après 2.5 kilomètres de montée, sur les coups de 10 heures, il fait bon de prendre un petit encas dans un lieux aussi idyllique !

On a versé un peu de lait dans l’eau turquoise du Pacifique… !!

 

Me voilà a grignoter mes biscuits en essayant de trouver des mots pour décrire le moment que je suis en train de vivre quand j’aperçois des oiseaux dans un arbre près de moi. Ça me fait repenser à mes deux reporters rencontrés en bas… Ils feraient mieux de monter ici !

En continuant de manger mes biscuits, je remarque au son des piaillements que les oiseaux s’approchent de moi. Mais je ne leur donnerai pas de quoi manger, ce sont des consignes de base a respecter dans les parcs naturels : ne pas nourrir les animaux, même de simple petits oiseaux.

Alors, en gros égoïste, je ferme ma boite de biscuits et je la range bien au fond de mon sac pour ne pas être tenté de le faire quand même. Puis, machinalement, je tends ma main devant moi pour leur faire un lieu d’atterissage en me disant que si ils ont vraiment faim, ils devraient venir dans ma main.

Il n’a pas fallu plus de 2 minutes pour qu’un premier volatile vienne se poser sur ma main ! Puis, 10 secondes plus tard, un autre ! Alors je me dépêche de sortir mon appareil photo pour immortaliser le moment avec le lac en fond de plan. Je remets ma main et en voilà un troisième ! Et un quatrième ! Un véritable balai ! Fantastique.

Magique !!

 

Quelques minutes plus tard, remis de mes émotions, j’entame la dernière étape : suite et fin de la montée jusqu’au Upper Joffre Lake. C’est la partie la plus courte mais aussi la moins simple car le sentier se transforme en escalade de gros rochers parfois glissants à cause de la cascade qui passe tout près.

On ne lui en voudra pas, elle est si jolie cette cascade… Et ce pont en bois un peu plus loin aussi ! Ah, mais tout est beau ici !

Le Joffre Lakes Provincial Park, c’est comme un escalier géant : à chaque lac une marche, que dis-je 10 marches (!) qui nous emmènent encore un peu plus proche de la perfection visuelle… Et, tout en haut, on arrive au Paradis. Oui, vous m’avez bien lu, au Paradis !

Le Upper Joffre Lake possède une couleur similaire au Middle Joffre Lake : juste un peu plus foncée et surtout un peu plus transparente, laissant apparaître le fond des berges. Seulement, il est cette fois-ci entouré de ces si jolies petites montagnes et, tout au fond en face, on voit la langue du Matier Glacier dépasser de la crête rocheuse. Que c’est beau !

Une vue de rêve… !

 

Le paradis…

 

Une chose est sûre : ne négligez jamais les gens que vous croisez en voyage. Parlez avec eux. Un simple bonjour peut se transformer en rien tout comme en une expérience exceptionnelle !

Reste plus qu’à redescendre… Malheureusement ? Eh bien non !

En effet, cette randonnée se présente sous la forme d’un aller-retour simple. On redescend donc par le même chemin. Retour au Middle Lake et retour au Lower Lake ! Dans ce parc, c’est deux pour le prix d’un !

J’en redemandais encore, pour le plus grand bien de mon corps qui, au final, s’épuisait peu à peu de l’effort, sans oublier le « syndrome de la rétine qui se décolle » de plus en plus douloureux à chaque clignement d’oeil, façon de parler !

Selon moi, si vous allez en BC et que vous ne passez pas par le Joffre Lakes Provincial Park, vous avez rater votre voyage… Si vous y passer ne serait-ce que pour y faire un petit tour, vous finirez au Paradis !

Ce moment de mon road-trip à travers le Canada fût l’événement le plus marquant de mon voyage, la cerise sur le gâteau ! Et c’est toujours avec émotion que je raconte ce passage.

Aujourd’hui, je suis heureux car j’ai réussi ma deuxième mission : après l’avoir vécu, j’ai pu aujourd’hui trouver le courage de contrer mes émotions et de partager ce bout de mon histoire sur mon blog !

Bien à vous,

Aymeric – Pictures From The World
Qui suis-je?