Archives par mot-clé : tourisme

Singapour #2 : Colonial District, The Quays, Marina Bay

Le quartier Colonial District présente une architecture du 19ème Siècle, pléthore de musées et de magasins. Le quartier The Quays borde la rivière de Singapour, avec ses restaurants, ses bars et ses boîtes de nuit. à l’embouchure de la rivière se trouve le quartier de Marina Bay, où l’on trouve un fantastique jardin botanique et un buildings des plus reconnaissable : le Marina Bay Sands.

Avec tout ça, il y a de quoi faire !

Colonial District

Une architecture du 19ème siècle sur fond de gratte-ciels tout neufs, des musées, des parcs, des galeries marchandes, se promener sur les quais de la rivière Singapour… Le Colonial District, c’est tout ça !

La carte


Asian Civilisations Museum

Un superbe musée sur 3 étages qui retrace l’histoire des religions en Asie et qui renferme une collection incroyable d’objets de toute sorte : bijoux, textiles, statues, vaisselle, meubles… On y apprends et découvre l’Histoire, les cultures et les religions de l’Asie du Sud-Est, de l’Inde et de la Chine. L’entrée est à 8$ SGP. A voir absolument !


Saint Andrew’s Cathedral

Construite en 1838 et détruite par un orage violent, elle fut reconstruite dans sa forme actuelle en 1862. C’est un des plus beaux exemples de l’architecture gothique anglaise.


MICA Building

D’une architecture néo-renaissance, ce building est très coloré. Il renferme une galerie d’art d’artistes locaux et des bureaux.

Bon plan pour manger bon et pas cher : le Food Court en face de la station de pompier sur Hill Street, non-loin du MICA Building.


Peranakan Museum

Les Peranakan sont les Singapouriens de pure souche. Comment ne pas visiter ce musée? On y découvre leur culture et leurs traditions. Sont aussi présentés des costumes de cérémonie, des meubles, des photos d’époque, de la porcelaine fine. L’entrée est à 6$ SGP.

 

 

The Quays

Tout le long de la Singapour River se situe le quartier The Quays. On passe d’un quai à l’autre via des ponts centenaires, dont le Elgin Bridge, le Coleman Bridge, ou encore le Read Bridge.

La carte

Sur fond de gratte-ciel récent et démesurés se situent de petits immeubles mitoyens d’époque, juste rafraîchis, témoignant de l’extraordinaire passé de la ville.

En effet, c’est ici que plusieurs décennies en arrière, on amenait ses produits par bateau pour les échanger ou les vendre ici même ! À Clark Quay, on pourra apprécier un bon repas dans un des nombreux restaurants.

 

 

Marina Bay

À l’embouchure de la rivière Singapour se situent jardin botanique, hôtels de luxe, casino, et ce building reconnaissable entre tous, le Marina Bay Sands. Une belle promenade fait le tour de la baie, avec un beau point de vue sur la Skyline. Parfait pour les photos de coucher de soleil. Au bout de la promenade se trouve le musée des sciences, avec sa forme en pétale de lotus très originale.

La carte


Gardens by the Bay

Considéré comme le jardin botanique du futur, c’est un projet hi-tech d’un milliard de dollars ! C’est un des poumons de la ville, généralement bien polluée par la circulation et le climat tropical. Ses conservatoires rassemblent plus de 217.000 plantes de 800 espèces différentes. Au centre de l’un d’eux, on trouve une montagne artificielle avec une cascade de 35 mètres de haut !

À la Supertree Grove, on trouve 18 « arbres géants » de métal, recouverts de plus de 160.000 plantes. Ce sont en fait des « échappements » des deux conservatoires. À l’intérieur de ces structures se trouvent des turbines qui permettent de créer de l’électricité !

Deux de ces arbres géants sont reliés par une plate-forme, sur laquelle on peut apprécier la vue sur l’immense jardin botanique, depuis 22 mètres de hauteur. On a aussi une vue imprenable sur le gratte-ciel Marina Bay Sands.

 

Helix Bridge

Ce pont piéton permet de rejoindre l’autre côté de la baie, qui est une grande esplanade où passe le circuit de Formule 1. On y trouve aussi une scène ouverte pour des spectacles en plein air, et un stade de foot qui a la particularité d’être sur l’eau ! Depuis le pont, la vue sur le musée des sciences est très sympa !

Le Helix Bridge, tout à gauche. Au centre le Marina Bay Sands. Tout à droite, le musée des sciences.


Singapore Flyer

Une roue d’observation haute de 165 mètres ! Un panorama impressionnant sur la ville, à 360 degrés. Le mouvement de rotation est très lent (30 minutes pour le tour complet), ce qui permet de ne rien rater du paysage ! Le défaut : un petit peu cher, 33$ SGP. On peut y embarquer jusque tard le soir. Parfait pour apprécier les couleurs du coucher de soleil sur la ville !

La vue depuis le point le plus haut de la roue.

 

Merlion Park

Prenez le Esplanade Bridge ou le Anderson Bridge et prenez vous en photo avec la fameuse tête de lion dont la cascade se jette dans la baie ! Attention, le sport favori ici est l’esquive de perche à selfie !

 

Aymeric Lecossois – Pictures From The World
Qui suis-je?

Slovénie #3 : La côte adriatique

La Slovénie, ce n’est pas que la montagne ! Le pays est ouvert sur la Mer Adriatique, le long de ses 47 kilomètres de littoral. Ici, les plages sont en galets, sauf à Portoroz. On aime ou on aime pas, les villes et villages ainsi que l’esprit ambiant rappellent à merveille la chaleur italienne. Piran, Portoroz, Koper et Izola peuplent les rivages.

 

Izola

Izola est une chouette petite ville de bord de mer, très colorée, aux façades me faisant penser à l’Italie, à quelques dizaines de kilomètres d’ici, sur la côte adriatique. Les ruelles sont toutes étroites, sol pavé, façades multicolores, balcons fleuris. C’est joli, ça a vraiment du charme.

On sent bien le passé italien dans l’architecture. Dailleurs, la ville a la particularité d’être bilingue slovène et italien, ce qui est facilement remarquable dès que l’on pose les yeux sur un panneau, ou même sur des étiquettes de produits.

Il y a beaucoup d’autres petits détails à Izola. Son nom vient de « isola », qui veut dire « île » en italien. En effet, la localité d’Izola a été établie sur une île, deux mille ans avant J.C. ! Au vu d’une telle ancienneté, je suppose que l’Histoire de la localité doit tenir dans des dizaines de livres. Aujourd’hui la ville compte 16.000 habitants, vivant principalement du tourisme et de la production d’huile d’olive.

Piran

Piran, une très belle ville ancienne, suivant la forme toute pointue du littoral.

Comme toute la côte adriatique slovène, la ville est bilingue slovène-italien. Il y a dailleurs un grand nombre d’italiens en vacances ici.

Piran tire sa signification du mot grec « Pyr », qui veut dire « feu ». Puis, les Romains se l’approprient et lui donne le nom de « Piranum ». Piran est en conflit direct avec la Croatie, pour des histoires de frontières maritimes.

Je me balade dans le long du littoral, dans les toutes petites ruelles aux vieilles maisons et petits immeubles pas plus haut que trois étages. La pierre est vieille, les peintures colorées s’écaillent, les pavés des ruelles sont énormes. On change de siècle.

L’église, perchée sur la fine colline de la pointe de Piran, propose un joli point de vue sur les toits qui se succèdent tel un puzzle se jetant dans la mer.

Portoroz

Portoroz, c’est autre chose… On se croirait sur la cote d’Azur. Une station balnéaire typique. Il y a autant de monde, autant d’hôtels, autant de barres d’immeubles (quoique plus colorées), et même autant de casinos.

Je n’y suis pas resté longtemps. En fait, je suis allergique à tout ça… En vélo ou en voiture, on peut monter par une petite route qui amène sur les hauteurs de Portoroz, avec des habitations luxueuses.

Ici, on s’amuse à surnommer la ville « Port-au-Béton », tellement le littoral est bétonné. On vient ici pour la plage, les restaurants, les hôtels ou encore les casinos. Le premier hôtel a été construit en 1912, et depuis les années soixante, la ville se tourne vers le tourisme de masse, faisant sortir de terre une multitude de barres à l’architecture carrée.

Photo : thinkslovenia

Koper

C’est une ville portuaire assez polluée où l’on réceptionne les marchandises de l’Asie pour l’Europe de l’Est. Cet immense port est en concurrence avec celui de Trieste, quelques dizaines de kilomètres plus loin, en Italie. Une fois le canal de Suez passé, Koper et Trieste sont en effet les deux ports les plus proches d’Europe Centrale.

Son centre-ville à l’architecture vénitienne vaut tout de même un petit détour.

Photo : sloveniatimes

Un ressenti contrasté

Le littoral slovène propose donc tous les types de vie sur seulement quelques dizaines de kilomètres ! Port international, farniente, villages typiques, collines d’oliviers, vie nocturne… Il faut se trouver au bon endroit et au bon moment selon ses envies.

Personnellement, je n’ai pas vraiment aimé la cote slovène pour quelques raisons. Ici, je me crois sur la côte d’Azur, les français remplacés par les italiens. Il y a énormément de retraités, si ce n’est les trois-quarts. Les petites villes et villages sont certes typiques et jolis, mais le tourisme est écrasant. Les plages ne sont pas grandes et comme c’était la pleine saison quand j’y était, il devient difficile de placer sa serviette dès dix heures du matin !

Mieux vaut alors s’éloigner du business touristique. J’ai préféré me perdre dans les petites villes typiques et rouler à vélo sur les nombreuses pistes cyclables en bord de mer ou dans les collines couvertes d’oliviers. De ce côté là, le littoral slovène est vraiment fantastique !

J’en conclu donc une bonne chose : cela veut dire que la cote adriatique slovène est faite pour tout le monde. Il y’en a pour tous les goûts !

Cet article contient des passages de mon ebook « Dober dan Slovenija ». Il raconte mon roadtrip de trois semaines en Slovénie, entre haute montagne, mer, campagnes et régions reculées oubliées des touristes. Vous pouvez le télécharger gratuitement à ce lien : http://pixfromworld.fr/bonjour-slovenie-ebook-gratuit/


Aymeric Lecossois – Pictures From The World

Qui suis-je?