Archives par mot-clé : visite culturelle

Singapour #2 : Colonial District, The Quays, Marina Bay

Le quartier Colonial District présente une architecture du 19ème Siècle, pléthore de musées et de magasins. Le quartier The Quays borde la rivière de Singapour, avec ses restaurants, ses bars et ses boîtes de nuit. à l’embouchure de la rivière se trouve le quartier de Marina Bay, où l’on trouve un fantastique jardin botanique et un buildings des plus reconnaissable : le Marina Bay Sands.

Avec tout ça, il y a de quoi faire !

Colonial District

Une architecture du 19ème siècle sur fond de gratte-ciels tout neufs, des musées, des parcs, des galeries marchandes, se promener sur les quais de la rivière Singapour… Le Colonial District, c’est tout ça !

La carte


Asian Civilisations Museum

Un superbe musée sur 3 étages qui retrace l’histoire des religions en Asie et qui renferme une collection incroyable d’objets de toute sorte : bijoux, textiles, statues, vaisselle, meubles… On y apprends et découvre l’Histoire, les cultures et les religions de l’Asie du Sud-Est, de l’Inde et de la Chine. L’entrée est à 8$ SGP. A voir absolument !


Saint Andrew’s Cathedral

Construite en 1838 et détruite par un orage violent, elle fut reconstruite dans sa forme actuelle en 1862. C’est un des plus beaux exemples de l’architecture gothique anglaise.


MICA Building

D’une architecture néo-renaissance, ce building est très coloré. Il renferme une galerie d’art d’artistes locaux et des bureaux.

Bon plan pour manger bon et pas cher : le Food Court en face de la station de pompier sur Hill Street, non-loin du MICA Building.


Peranakan Museum

Les Peranakan sont les Singapouriens de pure souche. Comment ne pas visiter ce musée? On y découvre leur culture et leurs traditions. Sont aussi présentés des costumes de cérémonie, des meubles, des photos d’époque, de la porcelaine fine. L’entrée est à 6$ SGP.

 

 

The Quays

Tout le long de la Singapour River se situe le quartier The Quays. On passe d’un quai à l’autre via des ponts centenaires, dont le Elgin Bridge, le Coleman Bridge, ou encore le Read Bridge.

La carte

Sur fond de gratte-ciel récent et démesurés se situent de petits immeubles mitoyens d’époque, juste rafraîchis, témoignant de l’extraordinaire passé de la ville.

En effet, c’est ici que plusieurs décennies en arrière, on amenait ses produits par bateau pour les échanger ou les vendre ici même ! À Clark Quay, on pourra apprécier un bon repas dans un des nombreux restaurants.

 

 

Marina Bay

À l’embouchure de la rivière Singapour se situent jardin botanique, hôtels de luxe, casino, et ce building reconnaissable entre tous, le Marina Bay Sands. Une belle promenade fait le tour de la baie, avec un beau point de vue sur la Skyline. Parfait pour les photos de coucher de soleil. Au bout de la promenade se trouve le musée des sciences, avec sa forme en pétale de lotus très originale.

La carte


Gardens by the Bay

Considéré comme le jardin botanique du futur, c’est un projet hi-tech d’un milliard de dollars ! C’est un des poumons de la ville, généralement bien polluée par la circulation et le climat tropical. Ses conservatoires rassemblent plus de 217.000 plantes de 800 espèces différentes. Au centre de l’un d’eux, on trouve une montagne artificielle avec une cascade de 35 mètres de haut !

À la Supertree Grove, on trouve 18 « arbres géants » de métal, recouverts de plus de 160.000 plantes. Ce sont en fait des « échappements » des deux conservatoires. À l’intérieur de ces structures se trouvent des turbines qui permettent de créer de l’électricité !

Deux de ces arbres géants sont reliés par une plate-forme, sur laquelle on peut apprécier la vue sur l’immense jardin botanique, depuis 22 mètres de hauteur. On a aussi une vue imprenable sur le gratte-ciel Marina Bay Sands.

 

Helix Bridge

Ce pont piéton permet de rejoindre l’autre côté de la baie, qui est une grande esplanade où passe le circuit de Formule 1. On y trouve aussi une scène ouverte pour des spectacles en plein air, et un stade de foot qui a la particularité d’être sur l’eau ! Depuis le pont, la vue sur le musée des sciences est très sympa !

Le Helix Bridge, tout à gauche. Au centre le Marina Bay Sands. Tout à droite, le musée des sciences.


Singapore Flyer

Une roue d’observation haute de 165 mètres ! Un panorama impressionnant sur la ville, à 360 degrés. Le mouvement de rotation est très lent (30 minutes pour le tour complet), ce qui permet de ne rien rater du paysage ! Le défaut : un petit peu cher, 33$ SGP. On peut y embarquer jusque tard le soir. Parfait pour apprécier les couleurs du coucher de soleil sur la ville !

La vue depuis le point le plus haut de la roue.

 

Merlion Park

Prenez le Esplanade Bridge ou le Anderson Bridge et prenez vous en photo avec la fameuse tête de lion dont la cascade se jette dans la baie ! Attention, le sport favori ici est l’esquive de perche à selfie !

 

Aymeric Lecossois – Pictures From The World
Qui suis-je?

Slovénie #2 : Ljubljana, capitale verte

J’ai commencé ma visite le Ljubljana par son château. C’était sans le vouloir. Cependant, j’en fait, à mon sens, un bon conseil : commencez par le château ! Non seulement pour la culture et l’histoire de la région, mais aussi pour avoir un point de vue « aérien » de la ville, avant de vous lancer dans ses rues au charme unique.

En redescendant par le chemin marqué « vieille ville », je tombe sur une grande place où le marché dure toute la journée. Je le visite. Je regarde des guêpes dévorer en masse une grosse pastèque coupée en deux, au milieu des bonnes odeurs de fruits et légumes. Un bon début pour visiter cette capitale.

La ville de Ljubljana est assez touristique. Elle est aussi relativement petite (pour une capitale) : 280.000 habitants. On ne peut pas s’y perdre !

Une propreté exemplaire et un silence incomparable !

En trois croisements, me voilà sur la fameuse place des trois ponts. C’est superbe. Tout est pavé, les ponts passant au-dessus de la rivière de Ljubljana (c’est son nom) sont très courts. Les vieux bâtiments sont parfaitement restaurés. On y sentirait presque l’odeur de peinture neuve. La propreté est exemplaire : le sol est exempt de tout déchet, et même du moindre chewing-gum écrasé. Soudain, je remarque quelque chose dont je n’ai pas l’habitude en pleine ville…

C’est le silence !

On entend seulement les gens parler entre eux… Les voitures ont totalement disparues du paysage. Tout le centre-ville est dénudé de quatre roues, tout comme de deux roues ou encore de bus. Tout le monde ici utilise des moyens écologiques de déplacement. Je citerai bien sûr la marche, le vélo, la trottinette, le skateboard, ou même les rollers. Beaucoup de femmes roulent à vélo, mais de beaux vélos de style hollandais, avec des couleurs claires. Je remarque alors autre chose de bien différent par rapport à la montagne et la campagne…

  • A la montagne, on montre ses muscles dans un attirail qui les mettent le plus en valeur.
  • À la campagne, peu importe, on passe la journée à se salir à travailler la terre.
  • À la ville, on prend soin de son image d’une autre manière : la mode est de sortie, et c’est un vrai défilé.

Les hommes sont en pantalon et belles chemises à manches courtes. Ils se pavanent derrière leurs lunettes de soleil. Les femmes, toujours une mode d’avance sur les hommes, sont la plupart du temps en robe ou en combinaison. La mode actuelle est apparemment aux motifs, avec un penchant pour les pois que je croise régulièrement. Au niveau des jeans, c’est la mode du troué ou du déchiré. Certaines ont des grands chapeaux ondulés.

Et la vieille-ville, ma foi, est aussi belle que ses habitants. Les bâtiments sont splendides et colorés. Certains présentent une très belle architecture recherchée. Le long de la rivière, les bars et les restaurants se succèdent sur des centaines de mètres, jonglant entre musique électronique et jazz. Quand je m’écarte un peu de la foule, je tombe sur des petites rues au charme fou et aux façades splendides.

Je fini par traverser toute la ville en direction de l’ouest, pour me poser un peu au parc Tivoli. Je retrouve la circulation automobile avant d’entrer dans le parc. Quelle agression après tout ce temps passé en ville sans ce bruit et ces odeurs… Le parc est sympa, sans être extraordinaire.


Un passé tumultueux

Ljubljana n’est pas grande, mais il y a de tout et pour tous les goûts. Centre historique, châteaux historiques, grands espaces verts, bâtiments de l’ère communiste. L’ambiance est chaleureuse et animée, principalement dû aux 40.000 étudiants venus du monde entier pour étudier ici.

La ville démarre son histoire en 2000 av. J.C. À cette époque, les premiers habitants vivaient dans des cabanes sur pilotis, dans des marais. On vit de la chasse, de la pêche et d’agriculture. On se déplace en embarcation de bois, de style radeau, dans les marais. Le lieu est déjà un haut-lieu de passage pour de nombreuses populations.

Les Romains construisent un premier fort en 1000 av. J.C., faisant grandir la ville, alors appelée Emona, qui se voit alors rattachée à l’Italie. Au cinquième siècle, elle se fait envahir et détruire par les Huns, les Osthrogos puis les Lombards. Mais ses habitants arrivent toujours à la reconstruire.

Au sixième siècle, la ville compte 5.000 habitants et dispose de son propre réseau d’égouts, un grand luxe pour l’époque. Elle est le théâtre de nombreux combats, mais est maintenant suffisamment grande et bien défendue pour être détruite comme par le passé. Elle obtient son statut de ville en 1220.

Au quinzième Siècle, la ville est connue pour la qualité de son art. Après un tremblement de terre qui ravage la ville au début du seizième Siècle, la ville est reconstruite dans un style architectural Renaissance et adoptera le style baroque au 17ème.

En 1815, la ville devient autrichienne et les premiers trains y circulent. Alors qu’elle compte 30.000 habitants, la cité est à nouveau frappée par un tremblement de terre important qui détruit 10% des bâtiments. Ceux-ci seront reconstruits dans le style Art Nouveau.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, la ville devient italienne, puis allemande en 1943. Pour la protéger et être sûrs de la garder, les allemands l’entoure de trente kilomètres de barbelés. Plus personne ne peut y entrer ou en sortir. Depuis 1991 et l’indépendance, elle est la capitale de Slovénie.

Le pays a ensuite rejoint l’Union Européenne en 2004.

Une sacrée histoire !

Ljubljana, la « petite grande »

Ljubljana est une très belle capitale qui mérite un détour de quelques jours. Elle a vraiment tout pour elle. Touristique sans trop être touristique, verte, écolo, propre, calme et excentrique à la fois. De « petite » taille, elle est très facile à visiter et présente une belle vitrine de la réussite du passage à l’Europe, ainsi qu’une architecture graphique intéressante.

Mais comme dans tous les pays, Ljubljana ne représente pas entièrement la Slovénie, même si ça s’en rapproche. Toutefois, cela est normal. Imaginez-vous dire que Paris c’est la France et que New-York, c’est les Etats-Unis !

Louer une voiture (ou un vélo !) et visiter les autres régions est primordial pour comprendre le pays et sa culture. Pour cela, je vous invite à vous diriger vers la région montagneuse des Alpes Juliennes, en Haute-Carniole ! Vous pouvez aussi aller dans les Alpes de Kamnik, au nord de Ljubljana.

Cet article contient des passages de mon ebook « Dober dan Slovenija ». Il raconte mon roadtrip de trois semaines en Slovénie, entre haute montagne, mer, campagnes et régions reculées oubliées des touristes. Vous pouvez le télécharger gratuitement à ce lien : http://pixfromworld.fr/bonjour-slovenie-ebook-gratuit/


Aymeric Lecossois – Pictures From The World

Qui suis-je?